ARECMO

Accueil > 90.archives des voyages > Florence, septembre 2014 > Lundi 8 septembre 2014 : Fiesole et Florence

Lundi 8 septembre 2014 : Fiesole et Florence

mardi 23 septembre 2014, par Yvette Prigent

Lundi 8 septembre 2014

Ce matin nous retournons en direction de Florence pour visiter un site archéologique.

Jadis cité étrusque, Fiesole est juchée sur une colline dominant la ville

Dès l’entrée nous sommes renseignés sur le programme de la visite. Le théâtre romain, les thermes et le musée.

JPEG - 139.6 ko

Un plant d’hibiscus nous souhaite la bienvenue.

JPEG - 170.8 ko

Première vision du site : le théâtre romain datant du 1er siècle AV JC.

JPEG - 231.5 ko
JPEG - 210 ko

Il pouvait à l’époque accueillir 3000 spectateurs, avec les quatre premiers rangs réservés aux personnages de haut rang. Actuellement on y donne encore des représentations théâtrales ou musicales.

A côté du théâtre, les thermes romains, avec les structures adaptées de l’époque. Des piscines et une citerne réserve d’eau.

JPEG - 205.3 ko
JPEG - 201.6 ko

Un frigidarium pour prendre des bains froids, un tépidarium pour les bains tièdes et enfin un caldarium pour les bains chauds. Attenant à ce dernier le système qui permettait de chauffer l’eau

JPEG - 219.7 ko
JPEG - 248.6 ko

Au détour de la visite Marina attire notre attention sur un point de vue intéressant du site

JPEG - 216.2 ko
JPEG - 159.3 ko

A suivre les ruines d’un temple étrusco-romain avec ce mélange de pierres provenant des deux temples qui se sont succédés.

JPEG - 366.9 ko
JPEG - 270.9 ko

En remontant vers le théâtre, des sépultures datant du temps des Lombards

JPEG - 262.5 ko

et en route pour l’entrée des artistes

JPEG - 200.2 ko

et mise en place pour la photo de groupe sur les gradins

JPEG - 260.9 ko

Et voila le résultat … !

JPEG - 203.9 ko

Pour finir la visite, direction le musée de Fiesole. Il renferme des objets qui ont été prélevés sur le site au fur et à mesure des fouilles.

JPEG - 112.8 ko
JPEG - 133.5 ko
JPEG - 173.8 ko
JPEG - 109.1 ko
JPEG - 213.5 ko
JPEG - 129.1 ko

Des objets, témoins des civilisations qui se sont succédées sur le site..

Après cette visite, retour à Florence. Marina nous a prévenus que nous allions déjeuner dans un lieu exceptionnel, aux pieds de la cathédrale Santa Maria del Fiore. Notre marche aboutit sur la piazza del Duomo et en perspective nous voyons déjà le dôme de l’édifice.

JPEG - 191.5 ko

Déjeuner dans un restaurant sympathique.

JPEG - 187 ko
JPEG - 4.5 Mo

Après le déjeuner et avant la visite du baptistère, Marina nous fait faire le tour de la cathédrale, monument de marbre blanc, rose et vert en nous racontant l’histoire de l’édification de ces bâtiments dont la beauté nous laisse un peu sans voix.

JPEG - 222.8 ko

Le 8 septembre 1296, le cardinal de Florence posa la première pierre de la cathédrale dont la construction devait durer des siècles et s’achever en 1887 avec la réalisation de la façade actuelle.
La nouvelle cathédrale vit le jour sur l’emplacement de la primitive église Santa Reparata dont les vestiges furent mis à jour en 1966 lors de fouilles.
Plusieurs artistes se sont succédés pour réaliser cette œuvre monumentale. Parmi eux on peut citer Giotto qui se consacra presque exclusivement à le réalisation du campanile sur lequel il travailla de 1334 à 1337, année de sa mort. Le campanile fut achevé en 1359

JPEG - 216.1 ko

La cathédrale elle-même, commencée en 1296, se poursuivit jusqu’en 1378, date à laquelle on décida de démolir l’édifice de Santa Reparata qui gênait la poursuite des travaux. Jusqu’en 1421, après que les voutes des trois nefs eurent été terminées, les tribunes et le tambour de la coupole réalisées, il fallut penser à construire la coupole elle-même. L’architecte retenu fut Filippo Brunelleschi qui l’acheva en 1436.

Son projet de la construction du dôme s’avéra révolutionnaire, car contrairement aux systèmes traditionnels de construction, il ne prévoyait pas l’utilisation d’armatures de soutien, mais la création d’une structure autoportante à double voute.

Mais l’édifice était loin d’être terminé. En 1471 la coupole fut surmontée du lanternon et tout au long du XV° et XVI° siècles se poursuivirent des travaux d’aménagement intérieurs et extérieurs.
Ils se poursuivirent jusqu’à la fin du XIX° siècle, lorsque fut réalisée la façade.

JPEG - 214.7 ko

Pendant ce tour extérieur de la cathédrale, un petit détail qui met en évidence la confrérie des lainiers qui à l’époque s’organisent pour récolter les fonds nécessaires à l’édification de l’édifice.

JPEG - 166.8 ko

La visite du baptistère.

Aujourd’hui l’extérieur du baptistère est en cours de ravalement. Il est enveloppé d’une grande bâche qui empêche de voir sa décoration en marbre qui est dans la lignée de la cathédrale.
Il a été construit sur les vestiges d’un temple peut-être dédié à Mars, avec des matériaux provenant de ruines. Au départ c’était l’église Saint Jean.
L’édifice en forme d’octogone, fut revêtu à l’extérieur de plaques de marbre blanc et vert. Sa construction fut terminée en 1059 et devint baptistère en 1128.
Il ouvre par trois portes de bronze. La porte nord avec des épisodes du nouveau testament,

JPEG - 180.7 ko

La porte du paradis.

JPEG - 175.4 ko

L’intérieur se présente avec un plan octogonal, richement orné de marbres polychromes et de mosaïques sur fond d’or.

Le soubassement est rythmé par des colonnes corinthiennes

JPEG - 194.9 ko

Elles soutiennent le matronée, la galerie réservée aux femmes.

JPEG - 238.4 ko

Les mosaïques de la coupole, commencées vers le milieu du XIII° siècle, furent achevées au cours du siècle suivant. Par de nombreux artistes byzantins et vénitiens d’après des croquis d’artistes toscans.

JPEG - 249.1 ko

Sur les dessins de la coupole il y a différentes histoires qui se déroulent en parallèle. Chacune d’entre elles a été écrite en 1 siècle parce que les échafaudages de l’époque se déplaçaient uniquement lorsqu’une partie de l’octogone était terminée… !

JPEG - 261.5 ko

On peut y voir des épisodes de la genèse, des parties de la vie de Joseph, de la vie du Christ, de Marie et de saint Jean-Baptiste.

Une tribune surmontée d’une voute décorée de mosaïques

JPEG - 260 ko

Des fresques sur le jugement dernier

JPEG - 253.9 ko

Le tombeau de l’antipape JeanXXIII,

JPEG - 158.3 ko

dans un coin le baptistère

JPEG - 168.6 ko

et au sol un pavement de marbre.

JPEG - 199.7 ko

Après la visite du baptistère, celle de la cathédrale dont nous avons déjà admiré l’extérieur.
De part sa taille, c’est la quatrième église du monde.,

L’intérieur de Santa Maria del Fiore est d’un style gothique. Sa décoration est assez austère.

JPEG - 199.9 ko

Au sol un pavement de mosaïque de marbre

JPEG - 3.4 Mo

Par endroit ce pavement évoque avec l’inscription OPA

JPEG - 183.7 ko

Ce nom évoque une organisation spécifique qui a été mise en place pour superviser les travaux dans les édifices religieux d’Italie.

JPEG - 162.9 ko

Sous la coupole, le maitre autel

JPEG - 170.3 ko

La coupole et son lanternon, œuvres de Brunelleschi.

JPEG - 234.3 ko
JPEG - 198.7 ko

Le projet initial de Brunelleschi prévoyait pour l’intérieur de la coupole une décoration de mosaïque du type de celle du baptistère, dont elle reprenait la forme à plan octogonal. Cette décoration ne fut jamais réalisée et pendant un siècle la coupole resta enduite de chaux. C’est Cosme 1er de Médicis qui décida de la faire décorer. Vasari y travailla de 1572 à 1574, année de sa mort. Le travail fut repris plus tard et achevé en 1579. Ce sont 3600 m2 de fresques qui évoquent le jugement dernier.

JPEG - 194.1 ko
JPEG - 182 ko

Sur le mur du fond, une horloge sur laquelle sont représentées les 24 h de la journée.

JPEG - 1.2 Mo

Au dessous d’une mosaïque représentant le couronnement de la Vierge.

JPEG - 145 ko

Et sur l’un des côtés, une représentation de Dante et La Divine Comédie.

JPEG - 153.7 ko

Suivant Marina notre guide nous descendons à l’étage inférieur dans la crypte de Santa Reparata.

JPEG - 156.4 ko

En 1966, au cours d’une campagne de fouilles menée à l’intérieur de l’édifice, furent retrouvés les vestiges de l’ancienne église dédiée à sainte Reparata.
Les murs de la cathédrale actuelle furent érigés autour de l’église primitive qui continua à servir de lieu de culte jusqu’en 1375, date à laquelle l’ancienne construction fut démolie pour permettre de terminer les voutes de la nef et de réaliser la toiture de la nouvelle église.

JPEG - 95.4 ko

Parmi les vestiges qui se trouvent dans l’église, les beaux pavements de mosaïque,

JPEG - 156 ko

quelques fresques

JPEG - 143.6 ko

et de nombreuses pierres tombales de personnalités laïques et religieuses de la Florence médiévale.

JPEG - 163.8 ko

Les travaux de fouilles ont été interrompus pour ne pas déstabiliser les murs de la cathédrale actuelle qui reposent en partie sur ceux de l’ancienne église.

Avant de quitter les lieux, un dernier coup d’œil à la façade extérieure.
Au dessus de la porte principale, une statue de la Vierge et l’Enfant.

JPEG - 243.1 ko

Cette statue est entourée de la Galerie des apôtres qui traverse longitudinalement toute la façade.

JPEG - 163 ko

Dernière vue extérieure aussi de la coupole et de son lanternon qui fut achevé en 1471 lorsque l’on a ajouté la sphère de bronze, placée à son sommet.

JPEG - 78.2 ko

Au sommet de la coupole et à la base du lanternon la corniche de laquelle des visiteurs contemplent la ville de Florence.

JPEG - 175 ko

Sur notre route de retour au car nous passons près du musée consacré à Dante, à l’emplacement de sa maison natale.

JPEG - 193.8 ko

Portfolio