ARECMO

Accueil > 90.archives des voyages > Florence, septembre 2014 > Impressions

Impressions

mercredi 26 novembre 2014, par Annie Chauvelon Rousseau

De la côte ligurienne à la Toscane : impressions.

Monteroso, Vernazza, Cornigli , Manarola , Riomaggiore , ces beaux noms de villages des " Cinq Terres" en Italie résonnent encore à mes oreilles de sons colorés, au diapason de leurs hautes maisons rouges, roses , jaunes qui semblent suspendues au-dessus d’une mer transparente et bleu-turquoise, et qui furent apprivoisés par les Liguriens, les très lointains et téméraires habitants de cette langue de terre montagneuse presque inaccessible des bords de la Méditerranée.
Le long d’étroits et sinueux escaliers se faufilant entre de hauts murs colorés et fleuris, surgissent soudain le jaune vif de citrons bien rebondis et le violet foncé de grappes de raisin exposant fièrement à mon regard de touriste trop pressée mais émerveillée, leurs grains juteux et odorants.
Bien à l’abri d’un éparpillement de sombres roches volcaniques et d’impressionnantes et abruptes falaises, se nichent ces cinq ports à l’imposante flottille de barques pointues et multicolores. Ici aussi, des baigneurs bronzés plongent, goûtent tout simplement l’air ensoleillé, ou laissent défiler le temps dans ce décor presque idyllique où se mêlent étrangement une fascinante ambiance à la fois factice et pourtant pleine d’une longue vérité historique.

Cette sensation de toucher un passé très ancien, et porteur d’une force humaine et artistique acquise au fil des siècles, ne m’a plus quittée ensuite, en parcourant les villes et paysages de Toscane. En effet, quelle rassurante sensation de légèreté éprouvai-je à parcourir les rues et places de Florence, Lucques ou Sienne, d’y lever la tête et d’y porter mon regard vers un des innombrables vestiges de ces villes au si prestigieux passé artistique, et éternels témoins du passage à la Renaissance en Europe ! Comment ne pas m’y sentir plus enrichie spirituellement ?

De longues pauses à Florence dans les églises -musées de Santa Maria Novella , Santa Croce, Santa Maria del Fiore, San Lorenzo, de Brancacci pour y contempler tranquillement pavements, autels, sculptures, autels, tableaux , fresques, mosaïques et chapelles, ont reposé mon âme pour longtemps . Je pus en effet doucement me plonger dans l’histoire symbolique et spirituelle de l’humanité, présentes dans les thèmes mythologiques, bibliques et évangéliques évoqués par de si talentueux et audacieux artistes tels Duccio, Cimabue, Masaccio, Giotto, Fra Angelico, Ucello, Lippi, Pollaiolo, Bottticelli, Ghiberti, Brunelleschi, Michel Ange, Léonard de Vinci qui ont contribué au rayonnement de l ’art et de l’architecture florentins en Europe aux quinzième et seizième siècles .

Je me suis ainsi laissée peu à peu envahir par l’harmonieuse présence des façades en marbre polychrome des églises, campaniles , baptistères , cathédrales et palais de Florence, Sienne et Pise dont l’ immense baptistère m ’a presque plus impressionnée que sa voisine, la célèbre tour penchée.

Mon regard fut subjugué par les pavements polychromes de la cathédrale de Sienne dont la finesse d’exécution et la riche iconographie ressemblent davantage à celles d’un livre d’art qu’à un sol que l’on foule.

Les scènes bibliques racontées dans les mosaïques multicolores et dorées du baptistère de Florence et de la cathédrale de Pise ont élevé mon âme vers de lointains espaces et une méditation à poursuivre éternellement. Quel privilège de pouvoir ainsi entrer dans l’univers merveilleux, élaboré par des artistes ingénieux et novateurs, qui ont guidé notre civilisation vers une modernité et une ouverture que nous portons encore en nous aujourd’hui.

En ces lieux, la Renaissance artistique, mais aussi philosophique et spirituelle a contribué à une formidable évolution intellectuelle de l’Europe qui me rassure et me semble être un encourageant et sage héritage laissé à l’Europe actuelle.

Enfin, la douce lumière qui inondait notre visite de San Giminiano, situé au cœur de la Toscane, me parut en complète harmonie avec cette heureuse ambiance de partage, de sympathie et de respectueuse découverte qui a accompagné notre voyage en Toscane.

Je me suis alors satisfaite de m’arrêter pour contempler le soleil glisser et inonder de lumière les murailles, places et collines verdoyantes de ce typique village de Toscane comme préservé de notre trop trépidant rythme de vie contemporain.

Annie Chauvelon Rousseau
Le 11 Novembre 2014-11-11

Portfolio