ARECMO

Accueil > 90.archives des voyages > Pélerinage en Terre Sainte > Samedi 1er novembre 2014 : de Jéricho à Naplouse

Samedi 1er novembre 2014 : de Jéricho à Naplouse

samedi 13 décembre 2014, par Yvette Prigent

Samedi 1er novembre 2014 : de Jéricho à Naplouse

A 8h du matin, départ vers le désert de Judée. Le bus nous dépose en surplomb du monastère de Saint Georges de Kossiba. Il a été fondé en 450 par un ermite égyptien et est occupé actuellement par des moines orthodoxes.

Un dernier coup d’œil à l’hôtel et sa piscine,

JPEG - 196.2 ko

ses massifs de bougainvilliers,

JPEG - 300.8 ko

direction le désert

Au passage un sycomore rappelant l’épisode de Zachée Luc 19 (1 – 10)

JPEG - 214.4 ko

Entré dans Jéricho, Jésus traversait la ville. Survint un homme appelé Zachée ; c’était un chef des collecteurs d’impôts et il était riche. Il cherchait à voir qui était Jésus et ne pouvait y parvenir à cause de la foule, parce qu’il était de petite taille. Il courut en avant et monta sur un sycomore afin de voir Jésus qui allait passer par là. Quand Jésus arriva à cet endroit, levant les yeux il lui dit : « Zachée descends vite, il me faut aujourd’hui demeurer dans ta maison ». Vite Zachée descendit et l’accueillit tout joyeux. Voyant cela tous murmuraient ; ils disaient : « C’est chez un pécheur qu’il est allé loger ». Mais Zachée s’avançant dit au Seigneur : « Eh bien, Seigneur, je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens et, si j’ai fait tort à quelqu’un je lui rends le quadruple ». Alors Jésus dit à son propos : « Aujourd’hui le salut est venu pour cette maison car lui aussi est un fils d’Abraham. En effet le Fils de l’homme est venu pour sauver ce qui était perdu »

La ville de Jéricho est une oasis dans le désert

JPEG - 130.2 ko

Le car nous dépose au-dessus du Wadi Qelt. En souriant les bédouins de la région nous présentent les « ambulances » qui sont habilitées à circuler dans la région. Plus tard nous comprendrons pourquoi.

JPEG - 210.6 ko

Le chemin qui descend vers le monastère est très en pente, mais la chaussée est praticable.

JPEG - 228 ko

Accroché à la montagne, le monastère Saint Georges

JPEG - 212.7 ko

et, disséminés sur les parois rocheuses, des ermitages où les moines se retiraient pour vivre dans le silence et dans l’ascèse.

JPEG - 258.8 ko

Une fois le monastère derrière nous, le chemin se complique un peu. A flan de montagne, caillouteux,

JPEG - 251.8 ko

quelquefois au bord du précipice,

JPEG - 285.1 ko

il demande toute notre attention.

JPEG - 229.9 ko

Pendant le parcours le père Maurice évoque pour nous le bon Samaritain. Luc 10 (29 – 37)
Un légiste demandait à Jésus : « Qui est mon prochain ? ». Jésus reprit : « Un homme descendait de la ville de Jérusalem à Jéricho, il tomba sur des bandits qui, l’ayant dépouillé et roué de coups le laissèrent à moitié mort. Il se trouva qu’un prêtre descendait par ce chemin ; il vit l’homme et passa à bonne distance. Un lévite de même arriva en ce lieu. Il vit l’homme et passa à bonne distance.
Mais un Samaritain qui était en voyage arriva près de l’homme : il le vit et fut pris de pitié. Il s’approcha, banda ses plaies en y versant de l’huile et du vin, le chargea sur sa propre monture, le conduisit à une auberge et prit soin de lui.. Le lendemain, tirant deux pièces d’argent, il les donna à l’aubergiste et lui dit : « Prends soin de lui et si te dépenses quelque chose de plus, c’est moi qui te le rembourserai quand je repasserai. Le quel des trois, à ton avis, s’est montré le prochain de l’homme qui était tombé sur les bandits ? » Le légiste répondit : « C’est celui qui a fait preuve de bonté envers lui ». Jésus lui dit : « Va et toi aussi fais de même »

Un membre du groupe aura besoin d’une « ambulance » pour finir le chemin après s’être tordu la cheville

JPEG - 222.6 ko

Il ne faut pas avoir le vertige pour marcher à dos d’âne, au bord du précipice et avoir confiance dans l’ambulance et son chauffeur.

JPEG - 200.6 ko

Après ce parcours dans la montagne, arrivée à Jéricho

JPEG - 208.2 ko
JPEG - 185.4 ko

Jéricho est la ville la plus basse du monde à -240 m d’altitude
Nous faisons route ensuite vers la Mer Morte, cette mer alimentée par les eaux du Jourdain, venant du lac de Tibériade. Le pompage intensif dans le lac fait que la Mer Morte rétrécit au fil du temps

JPEG - 151.3 ko

Quelques courageux tenteront de se baigner dans cette eau pratiquement saturée en sel : il y en a six fois plus que dans l’océan. Par suite de sa densité, le corps humain y flotte sans effort. La démonstration est faite par Patrick et Bernard.

JPEG - 163.7 ko
JPEG - 152.4 ko

Mais d’autres auront plus de difficultés et boiront même un peu la tasse … !

JPEG - 179.8 ko

La douche sera la bienvenue pour tous … !

JPEG - 273.1 ko

Après le repas pris dans un restaurant du bord de mer, nous prenons la direction de Qasr El Yahud. On y accède en traversant un champ de mines … ! C’est un lieu qui commémore le baptême de Jésus par Jean Baptiste. Fils d’Elisabeth et de Zacharie, il apparait sur la scène publique en l’an 28. C’est un prophète original pour son époque. Sa parole est proche des petites gens. Il propose le rite de la purification par immersion. Jésus est séduit par son discours.

Sur la rive gauche du Jourdain, le lieu sur lequel on commémorait le baptême du Christ par Jean-Baptiste est maintenant en Jordanie suite à la guerre de 1967. On voit d’ailleurs en arrivant sur le site, de nombreuses églises qui ont été construites pour faire mémoire du baptême.

JPEG - 153.3 ko

De notre côté, sur la rive droite, l’état d’Israël a aménagé une structure pour permettre des bains.

JPEG - 189.1 ko

Un soldat est là pour empêcher le passage en Jordanie qui n’est qu’à 10 m

JPEG - 238.2 ko

De l’autre côté du fleuve d’autres visiteurs

JPEG - 233.6 ko

et un soldat jordanien

JPEG - 276.5 ko

Cet après-midi nous célébrons la messe dans un lieu de culte en plein air où nous aurons la visite de colombes blanches quand le père Maurice nous parlera du baptême de Jésus.

JPEG - 155.4 ko
JPEG - 146.3 ko
JPEG - 217.3 ko

Avant de quitter les lieux, passage obligé sur les bords du fleuve pour une photo de groupe

JPEG - 206.6 ko

et quelques bains de pieds.

JPEG - 238.3 ko

Après ces ablutions nous prenons la route pour Sichem, aujourd’hui Naplouse, ancienne ville cananéenne située au cœur de la Cisjordanie entre le Mont Ebal et le Mont Garizim. C’est la première cité de l’histoire patriarcale en Terre Sainte. En effet Abraham y séjourna après avoir quitté son pays.

Genèse 12 (6 – 9)

Ils arrivèrent au pays de Canaan. Abraham traversa le pays jusqu’au lieu dit Sichem, jusqu’au chêne de Moré. Les Cananéens étaient alors dans le pays ? Le Seigneur apparut à Abraham et dit : « C’est à ta descendance que je donnerai ce pays » ; là celui-ci éleva un autel pour le Seigneur qui lui était apparu. De là il gagna la montagne à l’est de Béthel. Il dressa sa tente entre Béthel à l’ouest et Aï à l’est. Il y éleva un autel pour le Seigneur et fit une invocation en son nom. Puis d’étapes et étapes, Abraham se déplaça vers le Néguev.

Sur le Mont Garizim vivent encore des Samaritains au nombre de 300. Ils forment une secte fermée et farouchement conservatrice. De l’ensemble des livres de la Bible, ils ne retiennent que les cinq premiers : le Pentateuque. Ils gardent le rite le plus solennel de la religion de l’Israël du désert : la Pâque.