ARECMO

Accueil > 90.archives des voyages > Pélerinage en Terre Sainte > Mardi 4 novembre 2014 : le lac de Tibériade

Mardi 4 novembre 2014 : le lac de Tibériade

samedi 13 décembre 2014, par Yvette Prigent

Mardi 4 novembre 2014 : le lac de Tibériade

Après cette deuxième nuit passée à Nazareth, nous quittons les lieux, non sans jeter un dernier regard sur les fleurs du jardin.

JPEG - 214 ko
JPEG - 214.3 ko

Une dernière vue aussi sur la basilique de l’Annonciation

JPEG - 136.8 ko
JPEG - 184.3 ko

Notre chauffeur nous attend pour prendre la route du lac de Tibériade. Notre bateau est prévu à 8h pour une traversée qui nous mène de Tibériade à l’autre rive où se trouvent Tabga, Capharnaum et autres lieux bibliques.

Nous embarquons sur un de ces navires en bois qui traversent journellement le lac pour conduire les pèlerins sur la rive nord du lac, lieu où Jésus exerça son ministère.

JPEG - 142.9 ko
JPEG - 219.1 ko

Une petite particularité, au départ du bateau, levée des couleurs. Le drapeau français flotte sur le lac

JPEG - 138.6 ko

et la Marseillaise retentit.

JPEG - 106.3 ko

Au milieu du plan d’eau, le bateau s’arrête et le père Maurice nous lit le passage d’Évangile de Matthieu 14 (22 – 33)

Aussitôt Jésus obligea les disciples à remonter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, pendant qu’il renverrait les foules. Et après avoir renvoyé les foules, il monta dans la montagne pour prier à l’écart. Le soir venu il était là, seul. La barque se trouvait déjà à plusieurs centaines de mètres de la terre ; elle était battue par les vagues, les vents étant contraires. Vers la fin de la nuit, il vint vers eux en marchant sur la mer. En le voyant marcher sur la mer les disciples furent affolés : « C’est un fantôme » disaient-ils, et de peur, ils poussèrent des cris. Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance, c’est moi, n’ayez pas peur ! » S’adressant à lui, Pierre lui dit : « Seigneur si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. » « Viens » dit-il. Et Pierre descendu de la barque, marcha sur les eaux et alla vers Jésus. Mais remarquant le vent, il eut peur et, commençant à couler, il s’écria : « Seigneur, sauve-moi ». Aussitôt, Jésus tendant les mains, le saisit en lui disant : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? ». Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba. Ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui et lui dirent : « Vraiment tu es le fils de Dieu »

Du bateau nous voyons deux endroits de notre prochaine visite : l’église du mont des Béatitudes sur la hauteur et la Primauté de Pierre sur les rives du lac.

JPEG - 196.1 ko

Dès que le christianisme fut déclaré religion officielle de l’empire romain, sous Constantin en 320 de notre ère, des messagers furent dépêchés dans tous les coins de l’empire pour établir des églises. L’objectif majeur est la Terre Sainte, et tout particulièrement les rives de la mer de Galilée où vécurent Jésus et ses apôtres.

Notre première visite sera pour Capharnaüm. Elle a eu son importance dans la vie de Jésus.

JPEG - 181 ko

C’est la deuxième ville la plus citée après Jérusalem dans les écritures.

JPEG - 160.4 ko

Avant la visite, le père Maurice nous raconte l’histoire de cette petite ville où Jésus a vécu une grande partie de sa vie publique.

JPEG - 252.1 ko

Elle fut sans doute fondée au II° siècle av. J.-C. et lorsque Jésus choisit Capharnaüm comme centre de sa mission, l’importance du village était davantage due à sa position qu’au nombre de ses habitants. C’était un village de pêcheurs et d’agriculteurs. La rive est encore très poissonneuse et on comprend que Pierre et son frère André se soient installés en ce lieu.

De même l’agriculture semble avoir été assez développée et le grand nombre de meules trouvées dans les ruines tend à le prouver.

JPEG - 220.6 ko

Les maisons aux murs de basalte étaient souvent construites autour d’une cour centrale.
Les murs ne pouvaient soutenir le poids d’une voûte. Les toits n’étaient pas faits de tuiles mais de branchage liés par un enduit. On comprend mieux ainsi l’épisode du paralytique que l’on fait descendre par le toit. Marc 2 (1 – 12)

Quelques jours après Jésus rentra à Capharnaüm et l’on apprit qu’il était à la maison. Et tant de monde s’y rassembla qu’il n’y avait plus de place, pas même devant la porte. Et il leur annonçait la Parole. Arrivent des gens qui lui amènent un paralysé porté par quatre hommes. Et comme ils ne pouvaient l’amener jusqu’à lui à cause de la foule, ils ont découvert le toit au dessus de l’endroit où il était, et faisant une ouverture, ils descendent le brancard sur quel le paralysé était couché.

L’une de ces maisons sera transformée très tôt en lieu de culte : la maison de Pierre. Une pièce de cette maison est aménagée, les murs sont recouverts de six couches de crépi ; des graffitis y apparaissent, mentionnant le nom de Jésus et de Pierre. Puis on y édifia une église byzantine octogonale, mise à jour aux cours de fouilles.

JPEG - 196.6 ko

Du 1er au IV° siècle la population de la ville fut divisée en deux : les juifs orthodoxes et les judéo-chrétiens.

Au IV° siècle les juifs orthodoxes construisirent la synagogue dont on voit les vestiges en calcaire blanc. On pensa un moment que c’était la synagogue contemporaine de Jésus. Les archéologues ont ouvert des tranchées et découvert un mur de basalte qui pourrait être le vestige d’un mur d’une synagogue antérieure.
La salle de prière de l’édifice est délimitée par des colonnes dont certaines sont encore en place. Les chapiteaux de ces colonnes sont de style corinthien.

JPEG - 190.1 ko

Au sud la façade est percée de trois baies et un perron court sur toute la longueur.
Le voisinage de la synagogue reconstruite et de l’ancienne église rappelle la période où Juifs et premiers chrétiens vivaient côte à côte

JPEG - 2.9 Mo

Près de la synagogue des éléments architecturaux, provenant en grande partie de l’édifice.

L’arche de l’alliance transportée sur un charriot

JPEG - 183 ko

et autres pierres sculptées.

JPEG - 146.6 ko

des hauts de colonnes avec des motifs juifs

JPEG - 180.1 ko

Après cette visite de Capharnaüm, direction Tabgha. A cet endroit on commémore trois souvenirs importants de l’Evangile : le miracle de la multiplication des pains, la promesse de la primauté faite à Pierre et la proclamation des Béatitudes.
Le sanctuaire de la multiplication des pains est situé dans la propriété de moines bénédictins allemands, gardiens des lieux.

Un premier sanctuaire fut construit vers 350. Au centre se trouvait la pierre vénérée sur laquelle Jésus aurait déposé les pains. Puis l’église primitive subit des transformations en ce qui concerne son orientation. La pierre vénérée fut aussi déplacée. La nouvelle basilique fut détruite au VII° siècle. Les restes de l’édifice furent ensevelis 13 siècles sous terre jusqu’à ce que des archéologues allemands en découvrent les vestiges en 1932. L’église actuelle est la réplique la plus fidèle possible de la basilique du V° siècle.

JPEG - 178.9 ko

Le miracle de la multiplication des pains a du frapper l’imagination des disciples, car les quatre évangélistes le relatent.
Jean 6 (1 – 15)

Après cela Jésus passa sur l’autre rive de la mer de Galilée, dite encore de Tibériade. Une grande foule le suivait parce que les gens avaient vu les signes qu’il opérait sur les malades. C’est pourquoi Jésus gravit la montagne et s’y assit avec ses disciples. C’était peu avant la Pâque qui est la fête des Juifs. Or ayant levé les yeux, Jésus vit une grande foule qui venait à lui. Il dit à Philippe : « Où achèterons-nous des pains pour qu’ils aient de quoi manger ? » En parlant ainsi ils le mettaient à l’épreuve ; il savait quant à lui ce qu’il allait faire. Philippe lui répondit : « Deux cents deniers de pain ne suffiraient pas pour que chacun reçoive un petit morceau ». Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre lui dit : « Il y a là un garçon qui possède cinq pains d’orge et deux petits poissons ; mais qu’est-ce que cela pour tant de gens ? » Jésus dit : « Faites-les asseoir ». Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit. Ils s’assirent donc : ils étaient environ cinq mille hommes. Alors Jésus prit les pains, il rendit grâce et les distribua aux convives. Il fit de même avec les poissons : il leur en donna autant qu’ils en désiraient.. Lorsqu’ils furent rassasiés, Jésus dit à ses disciples : « Rassemblez les morceaux qui restent afin que rien ne soit perdu ». Ils les rassemblèrent et ils remplirent douze paniers avec les morceaux des cinq pains d’orge qui étaient restés à ceux qui avaient mangé. A la vue du signe qu’il venait d’opérer, les gens dirent : « Celui-ci est vraiment le Prophète, celui qui doit venir dans le monde. Mais Jésus sachant qu’on allait venir l’enlever pour le faire roi, se retira à nouveau, seul dans a montagne.

JPEG - 168.5 ko

De toutes les mosaïques de Tabgha la plus connues est celle qui représente les pains et les poissons. Elle est située devant l’autel mais n’est pas de la même époque que celles des transepts. Dans le chœur une pierre émerge du sol. C’est la pierre sur laquelle le Seigneur déposa les pains.

JPEG - 162.6 ko

Tabgha est aussi célèbre par son pavement en mosaïques étonnement bien conservées, provenant de la basilique ancienne.
Sur les côtés ce sont des scènes aquatiques peuplées d’oiseaux et de plantes du lac.

JPEG - 193.7 ko
JPEG - 191.8 ko

On peut y voir aussi deux nilomètres, semblables à celui que nous avions vu à Sepphoris. Ils représentent des petites tours graduées qui servaient à mesurer la hauteur des eaux.

JPEG - 189.9 ko

Après cette visite, direction les bords du lac de Tibériade pour la célébration de l’eucharistie.

JPEG - 234.5 ko
JPEG - 243.8 ko
JPEG - 232.8 ko

Un hirax s’est invité à notre assemblée et a écouté avec beaucoup d’attention les lectures, les chants et l’homélie du père Maurice.

JPEG - 1.7 Mo

Avant le déjeuner, un bain de pied dans le lac.

JPEG - 202.5 ko
JPEG - 176.5 ko

Avant de prendre un peu d’altitude vers le mont des Béatitudes un « Saint Pierre » nous est servi dans un restaurant au bord du lac.

JPEG - 169.2 ko
JPEG - 161.4 ko
JPEG - 176.5 ko

Sur les flans d’une petite colline, située entre Tabgha et Capharnaüm, des fouilles ont mis à jour les ruines d’une minuscule église construite au dessus de celle de la multiplication des pains. Mais c’est plus haut sur la montagne qu’une jolie chapelle en rotonde a été construite en 1937.

JPEG - 163 ko

De forme octogonale, en basalte noir, avec une colonnade de pierres blanches. C’est à cet endroit que Jésus prêcha le « Sermon sur la montagne »

JPEG - 204.4 ko

Sur la verrière à l’intérieur de la coupole on peut lire les Béatitudes

JPEG - 129.7 ko

Matthieu 5 (1 - 11)

A la vue des foules, Jésus monta dans la montagne. Il s’assit et ses disciples s’approchèrent de lui. Et prenant la parole, il les enseignait :
« Heureux les pauvres de cœur : le royaume des cieux est à eux.
Heureux les doux : ils auront la terre en partage
Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés.
Heureux ceux qui ont faim et soif de justice : ils seront rassasiés..

JPEG - 138.5 ko

Heureux les Miséricordieux : il leur sera fait miséricorde.
Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu.
Heureux ceux qui font œuvre de paix : ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : le royaume des cieux est à eux.
Heureux êtes-vous lorsque l’on vous insulte, que l’on vous persécute et que l’on dit faussement contre vous toute sorte de mal à cause de moi. Soyez dans la joie et dans l’allégresse car votre récompense est grande dans les cieux ; c’est ainsi en effet qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés »

Le pape Jean-Paul II y est venu le 24 mars 2000, lors de sa visite en Terre Sainte.

JPEG - 126.3 ko

La chapelle est entourée d’un déambulatoire extérieur. Du jardin où règne le silence, l’on découvre un magnifique panorama sur le lac.

JPEG - 218.6 ko
JPEG - 123.6 ko

Notre dernière visite en ce lieu sera pour une petite église, construite au bord du lac

JPEG - 4.6 Mo

Cette église est bâtie sur un rocher. Elle a pris la place d’un sanctuaire ancien qui fut plusieurs fois reconstruit. Elle date de 1933.
A cet endroit, on commémore le repas pris par Jésus et sept disciples à l’issue d’une pêche miraculeuse et celui de l’entretien de Jésus avec Pierre qui se termina par la promesse de la primauté.

A l’intérieur de la chapelle, le rocher qui forme une sorte de table (mensa) où selon la tradition, le Seigneur nourrit ses apôtres avec du pain et des poissons après la résurrection.

JPEG - 190.1 ko

Jean 21 (1 – 14)

Après cela Jésus se manifesta de nouveau aux disciples sur les bords de la mer de Tibériade. Voici comment il se manifesta. Simon-Pierre, Thomas qu’on appelle Didyme, Nathanaël de Cana de Galilée, les fils de Zébédée et deux autres disciples se trouvaient ensemble. . Simon-Pierre leur dit : »Je vais pêcher ». Ils lui dirent : »Nous allons avec toi ». Ils sortirent et montèrent dans la barque, mais cette nuit-là ils ne prirent rien. C’était déjà le matin ; Jésus se tint là sur le rivage mais les disciples ne savaient pas que c’était lui.
Il leur dit : « Eh, les enfants, n’avez-vous pas un peu de poisson ? » « Non » lui répondirent-ils. Il leur dit : « Jetez le filet du côté droit de la barque et vous trouverez ». Ils le jetèrent et il y eut tant de poissons qu’ils ne pouvaient plus le ramener. Le disciple que Jésus aimait dit alors : « C’est le Seigneur » Dès qu’il eût entendu que c’était le Seigneur, Simon-Pierre ceignit un vêtement car il était nu et il se jeta à la mer. Les autres disciples revinrent avec la barque, en tirant le filet plein de poissons
.

JPEG - 192.4 ko

Le père Maurice nous conduit sur les bords du lac pour une prière et une méditation.

JPEG - 218.6 ko
JPEG - 4.6 Mo

Une belle fin de journée, et une dernière photo de groupe sur les bords du lac

JPEG - 893.5 ko

au bruit du clapot des vagues, sous l’œil amusé des hyrax qui profitent des derniers rayons du soleil, en ce lieu si riche en manifestations de la vie publique de Jésus.

JPEG - 3.9 Mo

Ce soir nous rejoignons Tibériade pour le diner et la nuit dans un hôtel de la ville.

Portfolio