ARECMO

Accueil > 90.archives des voyages > Thaïlande, novembre 2016 > Lundi 7 novembre

Lundi 7 novembre

mercredi 30 novembre 2016, par Danielle le Bohec

Lundi 7 novembre

Après une nuit, sans doute la bienvenue pour beaucoup, le réveil sonne à 6h40. Après un copieux petit-déjeuner thaï, nous prenons le bus pour visiter la Cité royale.

En chemin, dans les rues de Bangkok nous croisons de très nombreuses files de Thaïs, vêtus de noir, allant se recueillir devant la dépouille de leur roi Rama IX récemment décédé.

Le grand palais dont les travaux commencent en 1782 marque la fondation de la nouvelle capitale et sert de résidence au roi Rama Ier et à ses successeurs.
Aujourd’hui, la famille royale habite au domaine royal de Dusit et l’ensemble du site est ouvert aux très nombreux visiteurs.
Entouré d’une enceinte de 1900m cet ensemble comprend de nombreux sanctuaires et édifices.

-  Le temple, Wat Phra Kaeo, le plus sacré de Thaïlande est aussi appelé le temple du Bouddha d’émeraude à cause de la statuette sacrée qu’il abrite.

Où jeter les yeux devant tant de beauté ?
-  Le Phra Siratana Chedi, plus connu sous le nom de Grand Chedi, contiendrait les cendres du Bouddha.
-  La Bibliothèque, fermée aux visiteurs, est destinée à protéger la Tripataka, les textes sacrés du bouddhisme.
-  Les éléphants sacrés
-  La galerie des Ramakien avec sa fresque de 172 panneaux séparés par des piliers de marbre. Ces peintures doivent être régulièrement restaurées et dorées à cause de l’humidité.
-  Les 8 Prangs parés de porcelaine chinoise.
-  Les 112 garuda, oiseaux servant de monture à Vishnu.
-  Les nâga, serpents dorés, Les nagas dans la religion gardent les trésors de la nature, sont attachés à l’eau et apportent la prospérité.
-  Le bot du Boudhha d’Emeraude où les fidèles font leurs offrandes : fleurs de lotus, bâtons d’enens...

-  Les « L’Upsorn Sriha (ou Apsonsi) et son pendant masculin Thep Norasri sont des créatures issues de la mythologie hindoue. Elles ont un buste humain mais des pattes et une queue de lions (parfois de biche)
Après toutes ces dorures, ces incrustations de pierres précieuses, de porcelaines de Chine, il est temps de penser aux nourritures terrestres près du fleuve.
Après un temps de repos, nous prenons un délicieux repas au bord de l’eau.

Nous découvrons ensuite Bangkok by night, hélas peu éclairée en raison du deuil national.
Au marché aux fleurs, très important marché de gros, c’est un ravissement pour les yeux, pas pour le nez ! : Boudhha doit être le premier à sentir le parfum de la fleur...
Les étals dans les boutiques, les halles ou sur les trottoirs proposent un vaste assortiment de fleurs et de compositions florales , naturelles ou en sucre vendu en très grandes quantités.
Les petites mains expertes composent des colliers et des bouquets pour les offrandes avec des roses d’inde, des orchidées ou des fleurs de lotus.
Parmi toutes ces fleurs se cachent parfois quelques légumes comme les citronnelles, les choux chinois, les piments mais aussi quelques fruits comme les durians fort appréciés des Thaïs mais qui rebutent les occidentaux à cause de leur odeur, les mangoustans ou les goyaves.

Il est grand temps de rejoindre notre hôtel !