ARECMO

Accueil > 90.archives des voyages > Thaïlande, novembre 2016 > Mercredi 9 novembre De la Rivière Kwai à Ayutthaya

Mercredi 9 novembre De la Rivière Kwai à Ayutthaya

jeudi 1er décembre 2016, par Danielle le Bohec

Mercredi 9 novembre

De la Rivière Kwai à Ayutthaya

7h 15, nous sommes au pied du pont de la rivière Kwaï ( prononcé kouèr par notre guide Punama), pile à l’heure pour l’arrivée de la locomotive sur le pont ! (photos assurées) !

Le ciel n’est pas très en accord avec la chanson célèbre « Hello, le soleil brille, brille, brille » du film de David Lean ( 1957) à partir du roman de Pierre Boulle.

Ce pont faisait partie du chemin de fer de « la mort », surnom donné à la voie ferrée Birmanie-Siam (414 km) dont il ne reste que 74 km.
La construction commence pendant la seconde guerre mondiale. Le premier ouvrage est en bois. Les Japonais décident d’en construire un en acier avec l’aide de 60 000 prisonniers de guerre et de 300 000 ouvriers asiatiques. Les conditions sont particulièrement difficiles à cause du relief et du climat.
Environ 160 000 personnes meurent victimes du choléra, de la malaria, de la malnutrition ( du riz avec un peu de sel, jamais de viande) mais aussi des mauvais traitements des gardiens. Selon de code de l’honneur des Samouraïs, un homme qui se rend a perdu toute dignité humaine.
Le Musée de guerre JEATH, acronyme des nations impliquées ( Japon, England, Australia, Thaïland, Holland) expose des objets, des photos, des peintures relatant leurs rudes conditions de vie dans trois cabanes de bambou.

Le cimetière de Kanchanaburi renferme 6 892 tombes fleuries, (beaucoup d’Australiens et de Britanniques) très bien entretenues par le Commonwealth.
Le pont a été bombardé plusieurs fois par l’US Air Force et n’a vraiment servi qu’un peu plus de 2 ans. Il a été reconstruit après 1945.

Le Wat Yhan Khao Pun domine la rivière Kwaï et la voie ferrée. De jeunes bonzes y font des études.

JPEG - 20.5 Mo

.
Un peu plus loin , nous assistons à la rentrée des classes d’une école avec lever des couleurs et chant patriotique.

Nous prenons le bus vers Ayatthaya.
Cette ville est fondée sur les îles fluviales en 1350 par le roi U-Thong(Ramathibodi Ier ( 1351- 1369) qui vint y fuir une épidémie de variole. et devint la capitale de son royaume, généralement connu sous le nom de Royaume d’Ayutthaya. 33 rois règnent sur cette ville pendant 417 ans. Elle a compté jusqu’à 1 million d’habitants. Sous le roi Naraï ( 1655- 1688), la Cité compte parmi les grands comptoirs commerciaux au monde.
Nous visitons le palais royal de Bang Pa-In, aussi connu sous le nom de « palais d’été », un palais autrefois utilisé par les rois de Thaïlande. Le « pavillon flottant » (Aisawan Dhiphya-Asana Pavilion) est particulièrement connu.
La pluie s’invite au programme et provoque la chute de Cécile sur les marches en marbre. Vite, granules et pommade à l’arnica... Heureusement plus de peur que de mal !

Après un repas un peu frugal au bord de l’eau, nous partons à la découverte du temple Le Wat Phra Si Sanphet , hélas sous la pluie.
L’histoire de la ville est une succession de guerres, de victoires, de défaites contre les Kmers ou les Birmans. La ville fut détruite après un siège de quinze mois par les Birmans en 1767.
La capitale se déplace alors vers Thonburi.
L’ensemble des vestiges, situé sur une île entourée de remparts en ruine occupe 15 km². Tous les bâtiments, palais, temples ont été pillés et brûlés.

Seul un chedi a été épargné, les deux autres ont été partiellement restaurés au XXème siècle après avoir maîtrisé la végétation. Les chedis renferment les cendres des rois, de précieux bouddhas et des trésors.
Le Wat Phra Mahathat, est probablement le monument le plus visité de l’ancienne capitale en ruines. Célèbre pour la quantité d’œuvres et de curiosités, le Wat Phra Mahathat est particulièrement connu pour la tête de Bouddha enchevêtrée dans les racines d’un grand arbre.

Le prang de style kmer en forme d’épi de maïs décoré de garudas ( oiseaux servant de monture à Vishnu) de naya ( serpents dorés) et de bouddhas domine le Wat Phra Ram.
Un peu mouillés nous rejoignons le car. Nous longeons beaucoup de rizières avant d’arriver à l’hôtel où nous attend un excellent repas. Que de choix, chaud ou froid, de viandes, de légumes, de dessert et même un gâteau au chocolat !

Portfolio