ARECMO

Accueil > 90.archives des voyages > Thaïlande, novembre 2016 > Phrae , Phra Yao, Chang Rai, et les Minorités

Phrae , Phra Yao, Chang Rai, et les Minorités

dimanche 4 décembre 2016, par armelle le loer

Phrae ,Phra Yao,Chang Rai, et les Minorités

La veille, à notre arrivée à l’hôtel, des employés s’affairaient à la confection d’immenses compositions d’orchidées blanches, de roses et de chrysanthèmes rouges. Nous étions ravis d’être accueillis dans un si beau décor. A notre réveil, nous comprenons qu’un mariage chic se prépare. Les dames, toutes de rose vêtues, les hommes en costume sombre et chemise blanche vont et viennent dans le hall nous ignorant complètement. Punama nous explique que l’urne placée à l’entrée servira à recueillir les dons des invités. Des bijoux seront offerts aux mariés qu’un bonze viendra bénir .Un fête sera donnée dans la soirée pour les invités .Les jeunes époux ne sont pas tenus de passer à la mairie, les enfants à venir porteront le nom de leurs deux parents.

Direction , le Wat Phra That Cho Hae. Un escalier monumental nous mène au « Paradis" gardé par les statues des lions et des paons. C’est le temple le plus vénéré de la province du nord. Ses éléments importants sont la statue de Bouddha au visage souriant , aux cheveux bouclés surmontés d’un bouton de fleur de lotus et le cheddi de style Chiang Sen plaqué or de 33m contenant une relique de cheveux de Bouddha.
De nombreux fidèles prient en faisant 3 fois le tour de ce cheddi. Et apportent aux moines des offrandes


Nous redescendons du paradis !

Dans la foulée, nous nous arrêtons au temple blanc, le Wat Rong Khu. En rupture avec la plupart des autres temples, celui-ci est d’une blancheur extraordinaire, pour symboliser la pureté du bouddhisme, et incrusté de morceaux de miroir pour suggérer la réflexion de l’illumination . Ce temple est l’œuvre d’un artiste thaï de renom.
Départ pour Mae Chan afin de rencontrer la minorité Karen .Arrivés au village , nous sommes très vite entourés par les enfants qui nous proposent en français leurs petits sujets artisanaux.
Devant leurs habitations sur pilotis faites de bambous ,de feuilles , parfois de tôles ondulées, les femmes tissent le coton . Elles confectionnent des ceintures, des écharpes, des tuniques colorées au jolis motifs qu’elles vendent aux touristes de passage. Un cochon est souvent à l’attache au rez-de chaussée de leur maison. Au centre du village se dressent une école, une crèche et une église chrétienne toutes neuves

.Nous allons découvrir bientôt le travail des paysans dans une rizière voisine. Ici pas de machines ,c’est à la main que se fait la récolte. Une fois coupées et rassemblées en gerbes, les tiges sont transportées sur une aire pour sécher. Les épis seront alors battus et les grains transportés au village pour être triés et vannés. Le riz nettoyé de son écorce sera mis en sac pour être vendu.

En fin d’après-midi, c’est en pirogue à toute allure sur la rivière Kok que nous rejoignons Chiang Raï.