ARECMO

Accueil > 90.archives des voyages > EST AMERICAIN 2017 > Samedi 9 septembre

Samedi 9 septembre

dimanche 1er octobre 2017, par Madeleine Esnault

SAMEDI 9 SEPTEMBRE 2017 - BOSTON, la Nouvelle Angleterre

Au Nord-est des États-Unis La Nouvelle Angleterre c’est la région de Boston qui regroupe 6 états ; ceux-ci ne forment pas une entité administrative mais plutôt un ensemble cohérent lié par leur histoire et leur culture commune. Ce sont 6 petits états comparés au reste des États-Unis. (Le Vermont, Le New Hampshire, le Maine, le Massachusetts, Rhode Island et le Connecticut)

Boston est la capitale du Massachusetts, véritable centre économique, culturel et universitaire de la région. Boston compte 675.000 Habitants aujourd’hui, et 6 millions dans l’agglomération. Elle est la seule capitale des 50 états des États-Unis sur l’océan atlantique.
Fondée dès 1630, la ville de Boston, cité d’histoire, a conduit l’indépendance américaine et est considérée comme le berceau du pays.
" The spirit of America" = L’esprit de l’Amérique

Boston est l’une des plus anciennes villes des Etats-Unis. Le paysage de Boston ne ressemble pas aux autres villes américaines : son centre a gardé de nombreux édifices (style géorgien, victorien…) de l’époque coloniale, évoquant ainsi l’Angleterre avec ses coquets cottages de briques. On y voit des bâtiments aussi recouverts de lierres. L’architecture est celle du 17ème au 20ème siècle : néo-gothique, néo-roman et des gratte-ciel. Ses rues ne sont pas rectilignes et la cité réserve de nombreux axes aux piétons et vélos. Il est possible de faire une visite touristique de Boston à bord de camions amphibies militaires reconditionnés de type DUKW, très colorés.

La rivière Charles (Charles river) sépare Boston de Cambridge. A l’est de la ville, se trouve le port de Boston devenu aujourd’hui un port de plaisance.
C’est une ville cosmopolite : au 19ème siècle, une origine européenne avec beaucoup d’irlandais, d’italiens, de portugais, de grecs, des juifs, d’allemands et depuis 1960, plus de personnes de l’est, de Russie, des Antilles, de Cuba, des Asiatiques (coréens, japonais, chinois…) Aujourd’hui, la population afro-américaine est relativement importante, un quart des habitants sont des Noirs. Beaucoup de confessions : la religion catholique romaine la plus importante mais aussi, les protestants (surtout luthériens), les musulmans, l’Eglise Anglicane, les juifs, les orthodoxes, très peu l’influence des Evangélistes et aujourd’hui de plus en plus n’ont aucune religion.)
Au début du 20ème siècle, la plupart des usines étaient parties au sud. Depuis 1970, l’éducation, la finance, la biotechnologie et le tourisme sont les moteurs économiques de la région. Le secteur de la santé se développe en liaison avec les centres de recherches. L’enseignement supérieur demeure le principal domaine économique. Boston compte aujourd’hui, 64 universités, dont la célèbre Harvard, créée en 1635. (Kennedy et Roosevelt ont étudié à Boston)
La forte concentration de centres de formations supérieures et de recherche explique le surnom de Boston, l’« Athènes de l’Amérique ». Le sport universitaire contribue au dynamisme et au rayonnement national de Boston.
Le marathon de Boston est organisé depuis 1897 et ouvert aux femmes depuis 1972.
Enfin Boston a connu de nombreuses inventions : le chemin de fer en 1826, l’anesthésie en 1846, le téléphone en 1874, le 1er métro en 1897, l’ordinateur en 1928, la pilule en 1959….
La région est la plus progressiste des Etats-Unis : de l’abolition de l’esclavage au mariage entre les homosexuels, en passant par la protection de l’environnement, on y voit un esprit révolutionnaire. C’est une ville sanctuaire dominée par les démocrates.
Les sites visités :
L’université Harvard  : les établissements jeunes filles et garçons ont fusionné à la fin du 20ème siècle. Autrefois il y avait 2 universités, aujourd’hui le diplôme est le même. Il y a même plus de filles que de garçons, et pour la 1ère fois, la Présidente de l’Université est une femme. Le campus est en accès libre, mais seuls les étudiants peuvent entrer à l’intérieur des bâtiments.
Nous nous sommes arrêtés devant la statue en bronze de John Harvard. C’est un pasteur protestant puritain philanthrope américain d’origine anglaise. Ce fut le 1er donateur bienfaiteur historique de l’université Harvard. Les touristes non étudiants touchent à l’endroit de l’orteil, de la chaussure gauche, pour signe de chance, autrement dit, un porte-bonheur. Plusieurs d’entre nous se sont portés volontaires et beaucoup d’asiatiques parmi le groupe qui nous suivait…
Tout en marchant, nous apercevons :
le bâtiment des sciences,
Un mémorial néo-roman de la guerre de Sécession en 1870, en souvenir des étudiants morts pour l’union.
Une maison néo-grecque, avec un clocher blanc, typique de la Nouvelle Angleterre, c’est en fait une Eglise ouverte à tous et construite en souvenir de la 1ère guerre mondiale.
Une très grande bibliothèque, la plus grande créée en 1915, avec 18 millions de livres, elle est l’une des plus grands réseaux privés du monde qui est en fait, Mme X ; elle donna un million et demi de dollars en 1915 pour faire cette université, en honneur pour son fils étudiant en 1907, passager du Titanic.
Le bâtiment des Arts, un musée.
Une stèle donnée par les anciens étudiants chinois, en 1936, représentant un dragon. Un bâtiment où a étudié Bill Gates, le fondateur de Microsoft.
Nous avons repris le car et David, le guide, nous décrit un quartier appelé Downtown : où la population s’est accrue de plus de 50% en 10 ans – population des extrêmes avec des très pauvres et des très riches. C’est le quartier des affaires. On y trouve des hauts buildings (établissements financiers) qui côtoient de très près les monuments historiques.
Le car s’arrête et nous partons à pied visiter :
Le Beacon Hill : un des plus vieux quartiers de Boston, un des plus beaux, un incontournable quartier résidentiel, qui s’est développé avec l’édification du nouveau capitole, le Massachussetts State House, bâtiment du gouvernement.
Beacon Hill est très recherché pour ses ruelles fleuries, ses antiques becs de gaz, ses maisons victoriennes, (qui rappellent l’Angleterre) et ses cottages aux jardinets à moitié cachés. Les maisons en briques sont alignées en rangées avec des belles portes aux fers forgés travaillés,

JPEG - 1.2 Mo

et quelques drapeaux américains par-ci, par-là, qui rappellent qu’on est bien aux Etats-Unis. Les artistes et les hommes politiques habitent ce quartier. On s’y promène en faisant abstraction des grosses voitures, c’est charmant, paisible et chic. On se croirait dans un décor de vieux film anglais… D’ailleurs, au détour d’une rue pavée, on se croirait dans le décor du vieux film anglais : 2 jeunes élégamment habillés et qui étaient filmés pour réaliser une pub pour l’Opéra de Boston …
Beacon Hill est aussi appelé la colline de la lanterne, parce qu’il doit son nom à une lanterne installée au sommet de la colline au 18ème siècle, pour prévenir les Bostoniens d’une attaque imminente par les Anglais.
Le Massachussets State House, avec son dôme doré, est le nouveau Capitole, le siège du Gouvernement.
Le Boston Common est le plus vieux parc public de 20 ha. Le parc est aussi le point de départ du Freedom Trail.
L’itinéraire du Freedom Trail ou Chemin de la Liberté retrace les sites clés de la conquête de l’indépendance américaine, sur 4 Km :
la ville propose une ligne matérialisée au sol, qui permet de découvrir ses principaux monuments historiques. C’est une ligne rouge dessinée à même le trottoir, ou parfois marquée par une double rangée de briques rouges qui part du Boston Common, le plus vieux parc public de Boston.

Le vieux cimetière mémorial, le Granary Burying Ground :
Ce cimetière date de 1660 est un lieu de sépulture où de nombreux révolutionnaires ont leur pierre tombale : .Paul Revere (il fut l’un des trois messagers à cheval qui allèrent prévenir les troupes révolutionnaires de l’arrivée des Anglais) . . . .Samuel Adams, (homme le plus révolutionnaire, homme politique, écrivain et philosophe américain au 18ème siècle, qui signa la déclaration d’indépendance et qui fut Gouverneur du Massachussets). .John Hancock, (signa la déclaration d’indépendance et fut gouverneur du Massachussets) .James Otis, (défenseur de la révolution américaine contre les Anglais)

L’Université de Suffolk  : école de droit où Martin Luther King a étudié en 1962.
King’s Chapel, (chapelle du Roi) la 1ère Eglise anglicane de Boston en 1688. Le 1er édifice était en bois. Elle fut construite sur un cimetière car les puritains de Boston ne voulaient pas vendre un terrain pour ériger une église anglicane. L’Eglise actuelle fut construite en pierres entre 1749 et 1754. En 1785, la King’s Chapel a quitté l’église anglicane et est devenue la 1ère église unitarienne aux Etas-Unis.
L’ancienne mairie, dans la cour, on peut voir la statue de Benjamin Franklin c’est à l’emplacement de la 1ère école publique ouverte et où il est allé
.la statue de Josiah Quincy : ancien maire
.
un âne, symbole représentant le parti démocrate.
.
une mosaïque sur le trottoir représente la 1ère école publique (1635).

Old South Meeting House : église édifiée en 1729, elle servit aussi de lieu de réunion dans les années 1770, notamment après le massacre de Boston. 5000 colons en colère se sont rassemblés en 1773 pour protester contre les taxes britanniques déclenchant la Boston Tea Party.

Mémorial en souvenir de la Famine des Irlandais marqué par une plaque au sol pour célébrer la tragédie de la grande famine et le triomphe des immigrants, dans les années 1845-1849. (100.000 irlandais ) Une statue représente les pauvres Irlandais affamés et la 2de statue représente la même famille revigorée.

La Old State House : le plus vieux bâtiment public de la ville. Le vieux Capitole accueillait les réunions de l’assemblée du Massachussets. Devant, un cercle de pavés marque l’emplacement du massacre de Boston, 1er bain de sang de la Révolution. C’est du balcon de l’édifice que la déclaration d’Indépendance fut lue pour la 1ère fois aux Bostoniens en 1776.

Le massacre de Boston  : est un épisode de l’opposition entre les colonies britanniques en Amérique du Nord et la grande Bretagne pendant la 2de moitié du 18ème siècle, en 1770. Les colons refusent de payer les taxes que leur impose la Grande Bretagne. Les soldats de l’armée britannique ont tué 5 civils. Il s’est déroulé face au bâtiment l’Old State House, siège du gouvernement colonial britannique, de 1713 à 1776. Il est désormais marqué d’un disque pavé.
Le massacre de Boston alimente la rancœur des habitants, et suscite un vaste sentiment antibritannique. En 1773, ils s’emparent de la cargaison de thé d’un navire britannique et la jettent par-dessus bord.
Ce fut l’un des évènements les plus célèbres de la révolution américaine. Le gouvernement britannique fit bloquer le port et envoya des soldats.

Le Faneuil Hall  : cet édifice historique fut le lieu de réunion de la fronde antibritannique. Cette maison en brique rouge a été surnommée « le berceau de la liberté ». Après la révolution, on y discuta de l’abolition de l’esclavage, du droit de vote des femmes et de la guerre.

Nous sommes arrivés au « Quincy Market », ancien marché et halle composée de 3 bâtiments. Il fut construit entre 1824 et 1826 et baptisé en l’honneur du maire Josiah Quincy. C’est la pause-déjeuner où chacun choisit un plat principal et un dessert, en échange d’un bon. De nombreux restaurants et fast-foods offrent des cuisines variées. Il y avait beaucoup, beaucoup de monde dans ces bâtiments… (+ de 15 millions de personnes par an le fréquentent) et il fallait ensuite se trouver une petite place pour s’asseoir à l’intérieur ou à l’extérieur……

L’après-midi, nous avons rejoint le car pour prendre la direction de New York.

Portfolio