ARECMO

Accueil > 90.archives des voyages > EST AMERICAIN 2017 > Mercredi 13 septembre 2017 de Philadelphie au Pays Amish

Mercredi 13 septembre 2017 de Philadelphie au Pays Amish

jeudi 5 octobre 2017, par Madeleine Esnault

Mercredi 13 septembre 2017 de Philadelphie au Pays Amish

-Route vers Hershey, qui porte le nom du fondateur d’une entreprise agro-alimentaire spécialisée dans la fabrication de chocolats et confiseries. Milton S.Hershey né très pauvre et devenu très riche a fondé la chocolaterie en 1894. La ville Hershey est surnommée « la ville du chocolat ». Tout est dédié au chocolat, les rues, même les réverbères, en forme de confiseries (des kisses, comme une châtaigne au bout pointu). De plus, il a créé un parc zoologique, un parc d’attractions, une école, un hôpital pour accueillir les orphelins. Toute la population de la ville et des environs travaillait et travaille encore chez Hershey (plus de 30 000 personnes)
Nous partons visiter le musée de la chocolaterie Hershey. Les différentes salles présentent l’histoire de l’entreprise et la fabrication du chocolat. Elles aboutissent à la boutique de chocolats divers (kisses, Rese’s, kite Kat…) et d’objets à l’effigie de Hershey.
Un peu plus loin, le centre de visite du monde du chocolat de Hersey : (Hershey’Chocolate World). Nous prenons un mini train  : un « tour de manège » en wagonnets, 2 par 2…. et tout au long du parcours, nous découvrons les différentes étapes de la fabrication du chocolat Une grande boutique est consacrée à la présentation des produits….(du gros marketing…)
Nous déjeunons au Old Country Buffet (chaîne Arbys) immense buffet à volonté….

Passage par Harrisburg, la capitale de la Pennsylvanie. Cette ville a un rôle important dans l’histoire du pays, notamment depuis la migration vers l’ouest, la guerre de Sécession et la révolution industrielle. La ville située au bord de la rivière Susquehanna compte 50 000 Habitants.
-Le State Capitol  : le capitole de l’état de Pennsylvanie est le siège du gouvernement de l’état de Pennsylvanie. Situé dans le centre de la ville de Harrisburg, il a été construit entre 1901 et 1906 selon un style Renaissance classique (renaissance italienne) par l’architecte Hudson (sans doute inspiré par la Basilique St Pierre de Rome – Vatican). Un ajout, l’aile d’est fut terminée en 1986. Le dôme du Capitole est formé de la combinaison de 2 dômes, intérieur et extérieur. Le dôme central s’élève à une hauteur de 83 m., soutenu par 4 colonnes.

Le gouvernement de l’état se divise en 3 parties :
-  La branche exécutive, assurée par le Gouverneur
-  La branche législative, composée de 2 chambres : le Sénat et la Chambre des Représentants forment l’Assemblée générale de Pennsylvanie. Elle crée les lois du « Commonwealth » (état).
-  la branche judiciaire, la Cour suprême de la Pennsylvanie, est composée de divers tribunaux qui font respecter les lois.
A l’extérieur, de magnifiques fontaines avec des grands jets d’eau….
Visite à l’intérieur : (la seule visite où nous aurons une feuille explicative en français.) Ce bâtiment richement orné compte plus de 600 pièces dans sa circonférence de 800m. Surnommée « Miss Penn », le personnage féminin en bronze doré veille sur le capitole du haut de son perchoir au sommet du dôme. La statue, que le sculpteur Roland Hilton Perry nomma « Commonwealth », tient un bâton dans une main représentant l’état, et tend l’autre main en signe de bénédiction.
L’escalier monumental, en marbre d’Italie domine la rotonde et fut dessiné d’après le grand escalier de l’Opéra Garnier à Paris. Juste au-dessous du dôme intérieur, 4 panneaux circulaires présentent 4 tableaux qui célèbrent les progrès spirituels, intellectuels et économiques de l’état. Les 4 médaillons situées au-dessus des colonnes principales représentent les forces de la civilisation : la religion, la science, le droit et l’art.
Au nord de la rotonde, se trouve la chambre du sénat (50 sénateurs). Le lieutenant gouverneur supervise toutes les fonctions du sénat, assis derrière le grand bureau en acajou au-devant de la pièce. (il ne vote qu’en cas de vote à égalité). Les idéaux d’unité et d’indépendance de William Penn sont illustrés dans 5 peintures murales, suspendues au-dessus du bureau principal.
Au sud de la rotonde, les 203 représentants de l’état se réunissent dans la chambre des représentants. La peinture murale la plus importante se trouve derrière le siège du président de la chambre. Sur une toile unique « Apothéose », elle représente les personnages célèbres de l’histoire de la Pennsylvanie.
-Le musée de la guerre civile nationale, (National Civil War Museum), retrace la guerre civile américaine, notamment la bataille de Gettysburg. Différentes salles successives présentent les documents, les objets et les armes et équipements des 2 camps, les différentes batailles, les différents camps, le coût de la guerre et les conditions inhumaines dans les prisons des 2 côtés, les nombreuses pertes humaines (plus de 600 000 morts et des centaines de milliers de blessés) L’esclavage est évidemment abordé tout comme plusieurs batailles reconstituées.
La guerre de Sécession est une guerre civile survenue entre 1861 et 1865 aux Etas-Unis entre les nordiste et les sudistes.
Ce fut la guerre la plus meurtrière de l’histoire des Etats-Unis au cours de laquelle s’affrontèrent les Etats du Nord des Etats-Unis, partisans de l’abolition de l’esclavage, et les Etats du Sud, dont l’économie reposait sur la main d’œuvre constituée par les esclaves noirs. Les Etats du Nord des Etats-Unis, partisans de l’abolition de l’esclavage, et ceux du Sud, dont l’économie reposait sur la main d’œuvre constituée par les esclaves noirs. Elle éclata lors de l’élection en 1860 de Lincoln à la Présidence des Etats-Unis et anti-esclavagiste. Sa victoire à l’élection présidentielle entraîna une première sécession de 7 Etats du Sud. Ces 7 états formèrent les « Etats Confédérés d’Amérique » et ne reconnaissaient pas Lincoln comme Président. Ils avaient élu pour Président, Jefferson Davis du Mississipi, ancien secrétaire à l’état. C’est ce qui fut à l’origine de la guerre de Sécession qui dura 4 ans.
Supérieurs en nombre, et soutenus par une industrie puissante, les nordistes finirent par l’emporter. La guerre de Sécession met fin à l’esclavage et aboutit à l’assassinat du Président Abraham Lincoln en 1864.
La reddition de l’Armée du Sud (les confédérés) est signée le 9 avril 1965, ce qui met fin à la guerre.
---------------------------------------------------

Poursuite de notre voyage vers Lancaster, pour une découverte du pays Amish.

Lancaster est une petite ville de l’état de Pennsylvanie où se retrouve un peuple aux habitudes de vie tirées d’autrefois. En effet, toute la région est peuplée de communautés qui continuent à vivre selon des préceptes bibliques, des coutumes ancestrales, et dans les costumes du temps passé en résistant à la modernité de l’American way of life. (vie à l’ américaine)
On y trouve de nombreuses communautés et congrégations d’origine germanique, établies ici, au 18°s. Amish, Mennonites sont les plus connus. C’est dans le Comté de Lancaster que vit la plus grande communauté d’Amish et Mennonites. Leur point commun est l’adhésion au principe de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, de la non-violence et du baptême des adultes.
Les Amish sont une communauté religieuse anabaptiste, fondé en 1693, en Alsace, par le pasteur Jakob Amman (le mot amish est dérivé de nom d’Ammam), surtout présente en Amérique du Nord. Un vif débat avec l’ensemble des communautés, reprochant le relâchement doctrinal, le manque de rigueur sur certains points de leur pratique religieuse provoque un schisme, séparant les anabaptistes et les amish. En 1700, Jakob Ammam et ses partisans s’excommunient eux-mêmes, ce qui va donner à leur communauté la capacité de résister à toute intégration et à toute influence, particulièrement lorsqu’elle est regroupée dans une région isolée. C’est ainsi qu’ils trouvent refuge en Pennsylvanie. Regroupés sous l’autorité d’un « Conseil des Anciens », sous une très forte discipline, la communauté rejette tout ce qui peut la pousser à se couper de l’Evangile ou à se diviser, en particulier, l’orgueil. Les « conseils des anciens » ont interdit d’avoir recours à toutes les innovations sociales et techniques, ce qui a conduit les Amish à refuser d’entrer dans le progrès technique et dans la société de consommation, et à conserver un mode de vie très marginal. Les communautés Amish ont disparu en France.
En 1700, les Mennonites, persécutées en Europe, membre d’un mouvement protestant issu de l’anabaptiste, (adepte de Menno Simons en désaccord sur le dogme avec Jakob Ammamm) fuirent en masse et furent accueillis par William Penn, en Pennsylvanie ; état qui avait déjà une grande tradition de terre d’accueil et de tolérance. Les Mennonites, schisme libéral, se rapproche du monde. Ils ont accepté d’intégrer dans leur mode de vie une part de modernisme avec usage de l’électricité, des automobiles, du téléphone, du matériel agricole moderne. (tracteurs…) Ils ont construit des lieux de culte qu’ils fréquentent assidument le dimanche. Leur tenue est moins austère car ils acceptent des couleurs pastel pour leurs habits.
Les Mennonites sont au nombre de 1 million répartis dans 60 pays, près de la moitié en Amérique du Nord.
C’est ce qui différencie la communauté Amish (« Ancien Ordre », conservateurs) et Mennonite, (modernes) cependant les 2 communautés se mélangent avec leurs propriétés et il n’est pas rare de voir des familles Amish et Mennonnite qui vivent côte à côte.
Depuis le 18°s., les Amish refusent le modernisme en général, la vaccination, les engrais chimiques, l’automobile, la radio, l’électricité, le téléphone….Ils privilégient les médecines traditionnelles (la naturothérapie ou réflexologie). Si nécessaire, ils font appel à la médecine moderne, fréquentent les hôpitaux américains et acceptent les transplantations d’organes. Ils ne se déplacent qu’en carrioles ou « buggy », vélos ou trottinettes. Mais ils peuvent être passagers d’une voiture. Ils s’éclairent avec des lampes à pétrole ou à gaz, cultivent la terre à la charrue, avec mules et chevaux. Ils sont exemptés de service militaire actif ’ ils peuvent être versés aux services des blessés) et portent des vêtements stricts, noir ou bleu foncé, chapeau et coiffe. Les hommes portent des pantalons noirs, avec des bretelles, plus un chapeau de paille ou en feutre noir pour les grandes occasions. Les hommes mariés laissent pousser la barbe mais pas la moustache. Ils ne veulent pas être photographiés.
Les femmes portent toujours robe et tablier. Quand elles sont mariées, elle porte une coiffe et des robes sans bouton, (bouton assimilé au bijou) et laissent pousser leurs cheveux. Elles travaillent à la maison, cuisine, (500 à 1000 pots de conserve par an) couture, (confection des vêtements pour la famille, et des couvertures « quiltées » (patchwork) et s’occupent des enfants (8 à 10 enfants par famille).
Bijoux, tabac et alcool sont proscrits.
Très attachés à leurs traditions, les Amish favorisent le travail manuel, sans chercher à être scolarisés. Les enfants vont à l’école de 6 à 14 ans, regroupés en classe unique. L’école est assez proche pour que les enfants puissent y aller à pied. L’enseignant est une femme célibataire qui renonce à sa mission quand elle se marie. Les jeunes continuent à vivre à la maison familiale où ils aident aux travaux domestiques ou commencent à travailler à l’extérieur.
A partir de 16 ans, vient le rumspringa, sorte de rite de passage durant lequel les adolescents sont libérés de l’Eglise et des règles de la communauté pendant 2 ans. (sortie le week end, différents sports, voyages, goûter à la vie moderne (rock, pop musique, alcool, tabac, vêtements modernes….) A la fin de cette période, 90% des jeunes choisissent de vivre selon les traditions de la communauté et vont demander le baptême pour devenir Amish. Les autres peuvent devenir Mennonite ou partir définitivement sans plus revenir voir leur famille.
Les Amish, à part l’agriculture (bio) et l’élevage des bovidés sont d’excellents ébénistes.
Ils n’ont pas d’église et les messes et sermons se font à tour de rôle chez l’habitant, dans une salle de réunion. La plupart des familles Amish parlent, à la maison, un dialecte allemand, assez proche du suisse allemand et alsacien.
Les Amish du Comté de Lancaster représentent 15% de la population totale du Comté, soit environ 36 000 individus. Leur population double tous les vingt ans.
Une industrie touristique s’est développée, une grosse société d’importation de commerce équitable tenu par des Mennonites a de nombreuses succursales. De nombreuses fermes Amish sont ouvertes aux visiteurs avec visite de la ferme, de l’école à classe unique, promenade en buggy et repas avec les habitants.
Nous visiterons une ferme et dînerons dans un restaurant amish.
Accueillis par un gérant salarié du musée, mais non Amish, nous a expliqué leur façon de vivre. Nous étions, à la salle de réunion : d’un côté, les femmes et de l’autre les hommes.
La maison est très peu meublée. Nous avons découvert la cuisine, (un réfrigérateur au gaz) les chambres avec un lit, les vêtements suspendus le long d’un mur et les chaussures propres, déposées sur un coffre au bas du lit. (pas besoin de meubles) Surprenant, le cercueil est déjà fabriqué et déposé dans une chambre.
Une visite rapide au magasin très chargé en vêtements, linge de maison (de très jolis patchworks), objets en bois, cartes postales…
L’extérieur de la ferme est très propre. Sont visibles le puits, une pompe à eau manuelle, un séchoir à tabac, des charrettes dans la cour, et des buggies sous un hangar et des moutons dans un pâturage….. Le circuit en car, à travers la campagne, nous laisse un souvenir de belles maisons et de grandes fermes. Les maisons Amish ont des stores verts aux fenêtres et les Mennonnites ont 1 voire plusieurs voitures garées devant leur maison. En plus des vaches, des moutons, ils élèvent des dromadaires dont le lait très riche sur le plan nutritif est vendu 35 ou 40 dollars le litre
Ils mènent une vie très modeste, ce sont des gens simples, pacifiques contre la guerre et la violence. Pour les Amish, la parole est dangereuse, car porteuse de violences, d’attaques, d’injures, de méchanceté et ont pour principe éducatif que les enfants ne suivent pas les conseils mais l’exemple des adultes. Ce n’est pas un pays pauvre…..
Nous partons dîner au farm restaurant amish, the country Store, repas servis par des amish. Il a fallu dîner très rapidement car restaurant et magasin fermaient à 21h.
Nous dormons dans un hôtel amish et le petit déjeuner est servi par eux (confiture maison)