ARECMO

Accueil > Voyages > Italie, septembre 2018 > 6 , 7 septembre 2018

6 , 7 septembre 2018

lundi 17 décembre 2018, par Danielle le Bohec, Sylvie Manach

Voyage ARECMO en Italie du 6 au 13 septembre 2018

Jeudi matin

nous sommes 49 (Yvon et Cécile n’ayant pu être des nôtres) à l’aéroport de Nantes.

Après un vol rapide Nantes – Milan, nous faisons connaissance avec Stephania, notre super guide, qui nous accompagnera durant tout le voyage.
Notre hôtel de style (lustres à pampilles, hauts plafonds à moulures, suite de Churchill…) borde le lac Majeur. Aussi, une petite promenade s’impose-t-elle avant le repas pour découvrir les bateaux, les palais ou les hôtels aux jardins luxuriants, les rives romantiques du lac - mais petite précision- il ne neigeait pas sur le lac Majeur !

JPEG - 2.4 Mo

Situé à 70 km au N O de Milan, le lac Majeur (212 km2 sur 65 km de long), encore appelé Verbano, à cheval entre la Lombardie, le Piémont et le canton du Tessin est un lac d’origine glaciaire.

Vendredi

l’herbe est encore humide de la rosée du matin, quand nous rejoignons en bateau les îles Borromées

Les Borromeo, banquiers toscans arrivent au XIVe siècle vers Milan. Ils achètent aux Visconti, seigneurs de Milan, des terres, des îles, des titres de noblesse en 1449. La licorne dominant les jardins d’Isola Bella (ainsi nommée en l’honneur d’Isabella d’Adda) symbolise le traité entre les Borromeo et les Visconti.
Isola Bella, joyau de l’archipel est entièrement occupée par le palais Borromeo de style baroque à l’italienne et ses jardins, conçus pour évoquer la forme d’un navire avec le palais à la poupe et les jardins à la proue.
Nous visitons très (trop ?)rapidement le grand salon, la salle de musique, la chambre où dormit Napoléon(en 1797), la pinacothèque aux très nombreux tableaux sans oublier les belles tapisseries ( 10 ans nécessaires pour tisser les fils de coton, de soie, d’argent ou d’or ; 3 cm2 par jour !)
Les jardins doivent signifier la puissance de la famille, ici le jardin s’étage en 10 terrasses.
Depuis le XIVe les Borromeo ont transformé ces îles en fastueux lieux de plaisance avec des orangeraies, des fontaines, des jardins où se promènent des paons blancs.
Grâce aux grands voyageurs, les fleurs arrivent au XIXe par l’Angleterre : camélias (fleur de Joséphine de Beauharnais), azalées, rhododendrons, orchidées…Avant, c’était le domaine des statues, des parterres géométriques, des buis, des agrumes : citronniers, pamplemoussiers, orangers ; ne pas oublier le très gros camphrier de plus de deux cents ans à l’entrée des jardins.

L’île voisine dei Pescatori est un minuscule village, aux ruelles étroites mais ombragées où vivent encore quelques familles de pêcheurs. Dans l’église, Stephania nous parle de Jean- Charles Borromeo, cardinal avant d’être prêtre. Il fut l’artisan de la contre-réforme au moment de l’expansion du protestantisme .Il avait beaucoup changé l’église de Milan et aidé les pauvres pendant la peste. Mort à 46 ans, il fut béatifié.

Après un délicieux repas de poissons du lac, une petite sieste dans le car est la bienvenue avant de rejoindre Milan, capitale de la Lombardie.
Milan, ville bombardée à 45% par les Américains, conserve quelques bâtiments anciens dont le célèbre Duomo.
Elle fut capitale de l’empire romain d’Occident de 286 à 402. Cité rayonnante sous Constantin, il y promulgua son célèbre édit en 313. Avec Daniele, notre guide local, nous commençons notre visite par le castello Sforzesco, symbole de la puissance militaire et politique du duché de Milan.

JPEG - 2.2 Mo

Deux frères dominaient Milan mais se détestaient, le château fut construit en 1358 pour se défendre des révolutions. Léonard de Vinci laissa son empreinte dans le château même puis dans le réfectoire de Santa Maria delle Grazie où il peignit le célèbre tableau de la Cène (ce tableau sera à nouveau visible en 2019 pour les 500 ans de sa mort).La forteresse entourée d’un beau parc abrite aujourd’hui plusieurs musées où l’on peut admirer la Pieta, dernière œuvre de Michel Ange.
Le guide nous évoque l’influence de Napoléon Ier (puis de Napoléon III) dans la région comme la route Napoléon reliant le Simplon au lac Majeur(en 1807), la création du Ier stade de foot (en 1806), la non destruction du château, choisi comme garnison pour ses soldats , la pinacothèque , le musée de l’art…La ville a subi de nombreuses dominations : les Visigoths, les Espagnols, les Français, les Autrichiens après la défaite de Napoléon…Mussolini, dit le Duce, y fonda le fascisme soutenu par la bourgeoisie.
La ville, aujourd’hui, est en grand développement ; de très nombreux gratte-ciel dont le Pirellone aux flancs biseautés, symbole de la ville.
Milan, haut lieu de la mode et du design, est la capitale économique de l’Italie du nord. C’est la ville de la bourse italienne. Le palais à la façade rationaliste est aussi connu pour la sculpture particulière de Maurizio Cattelan : un doigt d’honneur de 11 cm de haut, en marbre de carrare, intitulé L.O.V.E , offert à la mairie de Milan pour 40 ans.
L’autre symbole de Milan est le Duomo, l’une des plus grandes églises au monde : 108,5m de haut.
Sa construction s’étale sur 6 siècles ; commencée en 1386, terminée après la seconde guerre mondiale .Le marbre blanc, venu par bateaux du lac Majeur, le long des canaux désormais recouverts , se colore en rose ou vert selon les rayons du soleil. Le Duomo est un patchwork de styles : roman lombard, Renaissance, baroque, gothique pour la façade imposée par Napoléon. 130 flèches de pierre, chacune avec son groupe de saints suspendus dans des niches de marbre, s’élancent vers le ciel( 3400 statues dont celle de Napoléon !). La puissante tour-lanterne de la cathédrale accueille la statue dorée de la Vierge Marie : la Madonnina, de 4 m de haut, autre symbole de Milan.
Nous n’avons pu visiter l’intérieur de l’église, la file d’attente étant trop longue…
La piazza del Duomo offre un magnifique ensemble architectural avec le Duomo, le palazzo Reale, la galerie Vittorio Emmanuele II et la statue équestre du Ier roi d’Italie
Un rapide passage par la galerie, structure de verre et de fer, pour admirer les belles boutiques de mode, afin de découvrir la place de la Scala.
L’opéra porte le nom de l’église romane détruite pour sa construction.
Grâce à son acoustique exceptionnelle, la Scala est le temple de la musique classique et de l’opéra, au public très exigeant, où se produisent et se produisirent les meilleurs interprètes : Maria Callas, Luciano Pavarotti, Placido Domingo, Verdi, Mozart…Roland Petit et Maurice Béjart y ont travaillé le ballet.
Petit temps libre pour flâner, faire du lèche-vitrine ou admirer la statue de Léonard de Vinci sur la place avant le retour à l’hôtel.

Word - 897.9 ko

Portfolio