ARECMO

Accueil > Voyages > Mexique, Mars 2019 > Dimanche, 24 mars, de Palenque à Campeche

Dimanche, 24 mars, de Palenque à Campeche

jeudi 25 avril 2019, par Alain Kergourlay, Anne-Marie Kergourlay

24 mars,, de Palenque à Campeche

Nous quittons le Chiapas et pénétrons dans la province du Yucatan.
Quand les Espagnols arrivèrent en 1517 dans la péninsule du Yucatan, ils découvrirent une des civilisations les plus remarquables des Amériques. Mais, malheureusement, les soldats et les moines franciscains qui les suivirent, ne tinrent aucun compte de l’organisation sociale sophistiquée des mayas.
Ils les soumirent rapidement et détruisirent l’essentiel de leurs documents historiques. Ils fondèrent Mérida, Campeche et de nombreuses villes coloniales et durent lutter contre les nombreux pirates anglais, français et hollandais.

En 1847, après l’indépendance, une guerre civile éclata au Yucatan entre les habitants d’origine européenne et les descendants des Mayas. Cette guerre des Castes se termina par la défaite des Mayas et fut suivie de représailles sanglantes.

A la fin du XXème et au début du XXème, la culture du sisal (ou hennequen) pour la confection des toiles et cordes apporta la prospérité au Yucatan.
Aujourd’hui, le pétrole est l’industrie dominante suivie du tourisme, centré sur la station de Cancun.
Mais, loin des côtes, les Mayas vivent quasiment comme autrefois, dans des villages de huttes au toit de palmes, préservant leur langue, leurs traditions et leur culture.

Cette région a des velléités d’indépendance et a mis en place des infrastructures routières surdimensionnées en vue d’un tourisme de masse.
La route, La Panaméricaine que nous empruntons, longe une voie de chemin de fer à vapeur très prisée des migrants venant du Guatemala, de Colombie et espérant atteindre les USA.
La population locale soutient ces migrants en leur préparant des sacs de nourriture et d’eau qui leur sont lancés au passage.
Cette route est très empruntée par des camions car le Yucatan est très dépendant des marchandises provenant du reste du pays. Des contrôles stricts sont effectués le long du parcours. Cet état a une terre très pauvre, calcaire. De plus, elle a peu d’industrie. Elle produit du piment très fort, l’habanero.
De chaque coté de la route, sur de longues distances, se développent des mangroves, ce sont des zones lacustres, l’eau de mer monte à l’intérieur du territoire.
Par ailleurs des haciendas, détenues par de grands propriétaires depuis l’époque coloniale ont survécu malgré la révolution mexicaine de Pancho Villa et d’Ernesto Zapata.

Halte au bord du Golfe du Mexique et baignade.
La mer est d’un bleu incroyable et la température de l’eau est trop tentante !
Certains chercheront des coquillages pendant que d’autres dégusteront cocktails et lait de coco ..

Campeche ou San Francisco de Campeche
250 mille habitants
Le centre historique de Campeche est une ville portuaire de l’époque coloniale espagnole dans le Nouveau Monde. Elle a gardé son mur d’enceinte et son système de fortifications, mis en place pour protéger le port contre les attaques venant de la mer des Caraïbes.
Elle est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Ceci provoquerait l’abandon de certaines maisons qui ne peuvent être modernisées pour rester dans leur aspect authentique.