ARECMO

Accueil > Presse > Des nouvelles d’ici et d’ailleurs > Des nouvelles du Cameroun

Des nouvelles du Cameroun

mardi 2 avril 2013, par armelle le loer

Voilà février est arrivé sans crier gare et les fêtes du Nouvel an sont déjà loin !...Denise est en train de faire des crêpes pour le mardi-gras...On va bien se régaler:il ne manque que le cidre doux.!!!! Quoi de neuf depuis un mois ?Ben la vie continue.....Heureusement !

Nous avons terminé l’année au Tchad, non pas pour lever des troupes pour le Mali mais pour célébrer avec la famille les voeux perpétuels d’une jeune soeur du Sacré-Coeur.Elle les avait prononcés en juin à Saint-Jacut.

Le voyage fut très long :12h de car pour faire 240km,calculez la moyenne.Bien sûr , il fut agrémenté d’une crevaison !...Mais cela nous a permis de découvrir des horizons nouveaux,en particulier ,nous avons longé un lac vaste et magnifique,il ne manquait que les villas touristiques.
La fin du voyage fut des plus pittoresques:les 20 derniers km ont été faits par des routes, non par des chemins, non des sentes ,dignes de nos chemins d’avant remembrement.Une des voitures est restée embourbée :elle n’a été sortie que le lendemain.Mais tout le monde est arrivé à bon port et l’accueil au village fut des plus chaleureux.
Quand on sait que cette petite expédition est le quotidien des deux prêtres polonais qui vivent ici , on reste rêveur et admiratif.Et c’est leurs prédécesseurs qui ont construit la plupart des installations du secteur :églises, écoles ,dispensaires....
Le soir ,nous dormions dans une autre paroisse:retour par le même chemin sur 4 km.Balade en pleine nuit donc ,conduits par le Vicaire Général de Pala,un cousin de la soeur et enfant des lieux.
Le lendemain ,grande célébration de 4 h sous un arbre qui pouvait rassembler 2000 personnes .Un très beau souvenir !

Janvier a été marqué par un peu d’aventure sur place:pas d’eau, pas de gaz, pas d’internet, téléphone bloqué, coupûres de courant...Mais peu à peu tout est rentré dans l’ordre et pour l’instant...tout baigne !!!.....

A la mi-janvier, nous ne savions que faire et nous sommes partis un dimanche sur une route pour rencontrer deux anciennes élèves .Un moment d’émotion au village quand les deux filles ont retrouvé leur "maman Denise"..Elles n’en revenaient pas .Nous sommes sans doute trop timorés et souvent nous hésitons à sortir de notre petit refuge.Mais à chaque fois que nous allons vers les gens ,nous sommes surpris par le bonheur qu’ils manifestent.

Ce dimanche, nous étions en compagnie d’une communauté chrétienne à 5 km de Djamboutou. Nous connaissions le responsable depuis 10 ans .Il n’y a pas eu de messe mais une célébration de la Parole comme le font ces gens tous les dimanches.Une centaine de personnes étaient là.Nous avons eu un peu de mal à suivre car tout était en langue locale.La chorale ,comme d’habitude a fait danser toute l’assemblée.
Encore un plongeon dans la réalité que vivent les gens ici:il n’y avait là que des familles de cultivateurs qui vivent un peu au jour le jour.La saison des pluies a vu le fleuve envahir tout le secteur et de nombreuses maisons en terre se sont écroulées.Mais les gens font face avec les moyens du bord.

En ce moment , nous essayons d’aider à la construction de l’école "Ephata", une école de signes pour enfants sourds-muets qui accueille 35 élèves .
Jusqu’à ce jour elle est logée dans les locaux de la paroisse et fonctionne à coup d’expédients.Nous sommes en négociation pour obtenir que toute la structure soit conforme sur le plan légal et dans le domaine social avant d’engager la moindre dépense Et ça , ce n’est pas gagné d’avance.

Pour le reste , eh bien , nous regardons l’horizon du retour:ce sera sans doute pour la fin avril, c’est à dire très bientôt.

François et Denise Orhan