ARECMO

Accueil > 90.archives des voyages > La Grèce, mai 2013 > Nombreux sont les héros de la mythologie gréco-romaine ...

Nombreux sont les héros de la mythologie gréco-romaine ...

lundi 8 avril 2013, par Monique Julé

Pour préparer notre voyage en Grèce en mai :

Nombreux sont les héros de la mythologie gréco-romaine qui ont prêté leur nom à la formation d’expressions courantes dont nous connaissons le sens, mais dont nous avons parfois oublié l’origine.

En souvenir des dieux et des héros…

Le talon d’Achille

JPEG - 24.9 ko

Héros de l’Iliade, Achille est le fils du roi Pélée et de la divinité marine Thétis.
Selon la légende, sa mère, pour le protéger, l’aurait plongé dans le fleuve des Enfers, le rendant ainsi invulnérable. Malheureusement, seul le talon par lequel Thétis tenait l’enfant n’aurait pas été immergé, ce qui permit à Pâris de tuer Achille d’une flèche.
Notre héros gaulois, Obélix, eut plus de chance. Tombé tout petit dans la marmite de potion magique, il était invincible et… gare aux Romains qui se trouvaient sur son chemin !

Le tonneau des Danaïdes

JPEG - 13.6 ko

Danaos, le roi de Libye, avait cinquante filles, les Danaïdes, et son frère Egyptos, cinquante fils. Ce dernier proposa que les deux groupes de cousins se marient entre eux ; mais Danaos, suspectant une ruse de la part de son frère pour s’emparer de son trône, ordonna à ses filles de tuer leurs maris le soir des noces. Toutes s’exécutèrent sauf une, Hypermnestre, amoureuse de son mari Lyncée. Plus tard, Lyncée vengera ses frères en tuant les Danaïdes, Hypermnestre exceptée. Parvenues aux enfers, elles furent condamnées à remplir pour l’éternité un tonneau sans fond.
« C’est le « le tonneau des Danaïdes ! » soupirons-nous en parlant d’une tâche qu’il nous faut sans cesse recommencer.

Se croire sorti de la cuisse de Jupiter

Dionysos (ou Bacchus pour les Romains), dieu de l’exubérance, de la nature et de l’ivresse, était le fils de Zeus ( ou Jupiter ) et de Sémélé. Cette dernière, poussée par Héra, l’épouse jalouse de Zeus, demanda à son amant de lui donner des preuves de sa puissance. Le dieu s’exécuta et surgit au milieu des éclairs et du tonnerre. La jeune femme fut foudroyée sur-le-champ et Zeus n’eut que le temps de lui arracher l’enfant qu’elle portait en son sein. Il le recueillit dans sa propre cuisse pour qu’il y poursuivît sa croissance.
« Celle-là se croit sortie de la cuisse de Jupiter ! » dit-on d’une personne orgueilleuse.

Le supplice de Tantale

JPEG - 40.8 ko

Tantale, roi de Lydie, avait offensé les dieux à maintes reprises. Il poussa même la provocation jusqu’à leur servir, au cours d’un festin, la chair découpée et cuite de son propre fils Pélops. Il fut châtié dans le Tartare (région des Enfers). Plongé dans l’eau jusqu’au menton, il avait au-dessus de la tête une branche chargée de fruits, mais, à chaque fois qu’il tendait la main pour se nourrir, la branche s’éloignait. De même, à chaque fois qu’il voulait se désaltérer, l’eau se dérobait à lui.
Etre proche de l’objet de son désir sans jamais pouvoir l’atteindre …
Quel « supplice de Tantale » !

S’endormir dans les bras de Morphée

JPEG - 16 ko

René, notre pittoresque guide canadien fut, un jour, pris d’un doute au sujet de Morphée : était-ce un personnage masculin ou féminin ?
René, tu croyais t’endormir dans les bras d’une superbe créature mais Morphée, fils du sommeil ( Hypnos) et de la nuit (Nyx), était le dieu des songes. Il avait, entre autres pouvoirs, celui d’endormir les mortels en les touchant avec une fleur de pavot, plante à partir de laquelle on produit de la morphine.

Puisque nous sommes dans les rêves, partons pour Cythère…

Cette île grecque située entre le Péloponnèse et la Crête abritait un temple de Vénus et passait pour être un lieu de plaisir, placé sous le signe de l’amour, d’où l’expression « Partir pour Cythère »….

La boîte de Pandore

JPEG - 31 ko

Selon une légende, Pandore est la première femme créée par Zeus. Son nom signifie « tous les dons ». Les dieux lui avaient remis une cassette scellée qui contenait tous les maux. Poussée par la curiosité, défaut bien féminin, elle ouvrit la boîte et laissa échapper peines, maladies, querelles… et tous les malheurs se répandirent sur la terre. Pandore eut cependant le temps de refermer précipitamment le couvercle si bien que l’Espérance resta au fond. Et, depuis, les hommes n’ont plus qu’elle pour se consoler des malheurs qui les accablent.
Gardons-nous d’ouvrir « la boîte de Pandore » !

Et en lot de consolation, peut-être allons-nous trouver le pactole ?

Pactole est le nom d’un fleuve de Lydie et signifie « fleuve qui roule de l’or ».
Selon la légende, Midas avait reçu de Dionysos la faculté de changer en or tout ce qu’il toucherait. Malheureusement, l’eau et la nourriture n’échappaient pas à cette métamorphose et Midas, condamné à mourir de soif et de faim, implora Dionysos de lui retirer ce don. Le dieu lui conseilla de se laver dans la source du Pactole qui, de ce jour, se mit à rouler des paillettes d’or.

JPEG - 87.2 ko