ARECMO

Accueil > Activités > sorties culturelles > ENTRE MORLAIX et ROSCOFF : à fer et à flots

ENTRE MORLAIX et ROSCOFF : à fer et à flots

mercredi 17 juillet 2013, par Annick Marivin

ENTRE MORLAIX et ROSCOFF : à fer et à flots

Le soleil n’est pas de la partie,mais la pluie non plus !
Après un "ramassage scolaire" très matinal : Vannes, Auray, Lanester, Plouay (tout le monde à l’heure et au bon endroit !) nous filons vers Morlaix, trajet qui nous permet de faire une traversée de notre Bretagne du Sud au Nord en découvrant des paysages très variés. Après les monts de Brasparts dénudés, nous apercevons la baie de Morlaix. Morlaix ville "aux trois collines"avec son superbe viaduc, au passé prospère, comme en témoignent ces magnifiques maisons toutes identiques qui bordent la rue principale. Elle fut célèbre pour ses productions de toiles de lin et sa grande manufacture de tabac.
A la gare de Morlaix, notre groupe de 54 arecmistes (car complet !)est pris en charge par une guide qui commentera notre trajet jusqu’à Roscoff, sur cette ligne de chemin de fer à voix unique, à travers les vastes étendues d’artichauts et d’oignons (bien en rang !!!). Là, le petit train touristique nous conduit en "tortillant" jusqu’à notre restaurant,face au port de pêche.
Après une bonne restauration, visite culturelle de Roscoff aux rues anciennes et aux riches demeures d’armateurs.
Nous avons beaucoup apprécié la visite commentée de l’église "N.D. de CROAZ-BATZ" (bâtie sur la mer) avec son clocher renaissance, quasi unique en Bretagne et à l’intérieur, un retable magnifique, des autels et des vitraux non moins remarquables. Sa construction fut entreprise en 1525, sur un terrain pris sur la mer, à deux pas de l’embarcadère de l’île de Batz, à l’initiative des armateurs de la cité.
Différente, mais très passionnante, fut la visite de la maison des "Johnnies" (petit john). Ce phénomène « Johnny » débuta en 1828 quand un jeune paysan Henri Ollivier décida d’aller vendre ses oignons en Grande-Bretagne. D’abord à pied, à vélos, les « johnnies » chargés de « tresses » (une tresse pèse de 1 à 2 kg) sillonnent les rues anglaises en faisant du porte à porte. :
« OINONS do YOU want oignons ». En 1929, ils sont 1500, aujourd’hui, une vingtaine dont quelques jeunes….Plus qu’un métier,une passion !
Ensuite, nous regagnons Morlaix, par la baie,(une des plus belles de Bretagne !) aux multiples îles : Ricard, Callot, Louet et enfin celle qui protège le château du taureau ; ce dernier, qui fut tour à tour avec son histoire complexe et intriguante : refuge contre les pirates, prisons pour les « embastillés » par lettres de cachets, demeure d’une riche héritière, abri pour les batteries antiaériennes allemandes et aujourd’hui visitable par tous . (attention pas de toilette !!!!surprenant)

Ainsi se termina cette belle journée : diversifiée et bien remplie !!!
Ravi, chacun rêvait déjà aux prochaines « échappées belles »

Annick Marivin