ARECMO

Accueil > 90.archives des voyages > jeudi 23 mai 2013 : Les Météores

jeudi 23 mai 2013 : Les Météores

mercredi 25 septembre 2013, par Yvette Prigent

Jeudi 23 mai 2013
Ce matin départ à 8h30 pour la région des Météores.
Le site des Météores compte une soixantaine de ces étranges tours rocheuses, certaines dépassant 300 m de haut, sculptées et polies par l’érosion.
C’est au 11° siècle que les premiers moines s’établirent dans les Météores, inspirés par l’exemple de Simon le Stylite, ascète syrien (5° s) qui resta perché 36 ans sur une colonne, à 25 m au-dessus du sol.

JPEG - 4.3 Mo

D’abord installés dans des grottes, dont on voit encore les traces, les moines descendent chaque dimanche pour célébrer l’office en commun.
Au 14° s., une rupture intervient à l’instigation de Saint Athanase, venu du Mont Athos, qui fixe les règles de vie des Anachorètes.
Les météores se hérissent alors de monastères, bâtis au-dessus de l’abîme dans des conditions d’extrêmes difficultés
Les serbes orthodoxes, qui dominent la région à cette période, se montrent des protecteurs dévoués et prodigues et dès le 15° s. on dénombre 24 monastères, décorés par les plus grands artistes du temps, dont Théophane le Crétois.
De nos jours seuls six d’entre eux sont occupés par des hommes ou des femmes.
Notre guide nous raconte aussi l’histoire de ces ermites qui vivaient seuls dans ces grottes creusées dans la montagne, avec des plateformes en bois sur lesquelles ils vivaient. Pour se nourrir, ils faisaient descendre un panier que les gens de la région garnissaient de pain, fruits et légumes.
Parfois le panier n’était plus descendu, ce qui signifiait que le moine était probablement mort. On allait alors chercher son corps pour l’enterrer.
Nous visiterons deux de ces monastères.
Le premier est le monastère de Saint Nicolas Anapafsas.

JPEG - 3.1 Mo
JPEG - 3.8 Mo
JPEG - 3.3 Mo

Le monastère existant aujourd’hui a été bâti vers la fin du 15° siècle sur les ruines d’un précédent plus ancien. Les vestiges des fresques font penser que l’église est du 13ème ou 14ème siècle. L’étroite et restreinte surface du rocher explique qu’il a été construit à différents niveaux, les uns au-dessus des autres.
Le panneau planté à l’entrée nous indique que les fresques intérieures, ont été réalisées par Théophane le Crétois et achevées en 1527. Il est né vers 1500 en Crète et a travaillé dans certaines régions de la Macédoine et surtout au Mont Athos et aux MétéoresAu cours de notre ascension, notre guide fait des poses, toujours à l’ombre d’un arbre, pour nous donner des explications.
L’église du monastère est dédiée à Saint Nicolas. Elle est située au premier étage. Elle est très étroite. Sa décoration est animée, originale et expressive. Malheureusement les photos sont interdites à l’intérieur

JPEG - 4.1 Mo
JPEG - 4.7 Mo
JPEG - 5.1 Mo

De l’entrée du monastère, notre car nous semble très petit. Cela permet d’évaluer la hauteur à laquelle est perché l’édifice … !
Notre guide nous avait avertis la veille, nous disant que pour pénétrer dans le monastère nous devions avoir une tenue décente. Pour les femmes le pantalon était proscrit, mais cela n’était pas grave parce qu’on nous fournissait une jupe pour le cacher.

JPEG - 2.7 Mo

Pour les hommes le bermuda n’était pas autorisé, il fallait un pantalon long. Pour ne pas avoir respecté la consigne, Jean-Yves a dû enfiler sur son bermuda un pantalon digne de Bozzo le clown. Bien que cela fût interdit, je n’ai pas résisté à l’envie de le prendre en photo dans la chapelle du monastère…
Au sommet de l’édifice, une terrasse de laquelle nous avons une vue magnifique sur ces pics rocheux qui donnent à ce paysage un aspect lunaire.

JPEG - 3.8 Mo
JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 2.6 Mo

Reprenant notre route en direction d’un autre monastère, à la vue de la photo de celui que nous venons de quitter, nous pouvons nous poser la question de savoir comment nous sommes arrivés à atteindre notre but.

JPEG - 4 Mo

Le monastère suivant est celui dédié à Saint Etienne. On le voyait hier soir de notre hôtel à Kalambaka.
Cette fois encore il nous faudra revêtir la jupe de rigueur.

JPEG - 3 Mo
JPEG - 3.9 Mo

Une fois de plus les photos ne sont pas autorisées à l’intérieur des salles du monastère.
L’église, avec son narthex, sa chapelle et sa sacristie, est très décorée avec des peintures de l’époque.
A l’extérieur certains bâtiments semblent très neufs… !

JPEG - 4.1 Mo
JPEG - 3.9 Mo
JPEG - 2.8 Mo

Sur le toit du monastère, un détail que je ne verrai qu’à la sortie : les deux drapeaux qui flottent de concert sur le toit de l’édifice.
Le drapeau bleu et blanc est le drapeau de la Grèce et le drapeau jaune sur lequel on voit un aigle à deux têtes qui symbolise la séparation de l’Eglise entre l’Orient et l’Occident
Après la découverte de ces lieux insolites, visite dans un atelier qui nous propose des icônes et des bijoux, vendus au centimètre.
Pour le repas de midi, retour à Kalambaka. Le restaurant où nous déjeunons est au pied d’un pic que des courageux avaient entrepris d’escalader. Quand nous repartions, ils avaient disparus de notre vue, ayant sans doute réussi à gravir le pic qu’ils voulaient vaincre. Bravo à eux … ! Il ne reste que les grottes habitées autrefois par les ermites

JPEG - 2.7 Mo
JPEG - 1.8 Mo
JPEG - 3.7 Mo

Cet après-midi notre guide nous conduit à travers une région montagneuse qui nous permettra de rejoindre un autre site mythique de la Grèce : Delphes.
La Thessalie que nous traversons est une région de plaines et de montagnes. Dans la plaine, des champs de coton à perte de vue. A cette période, les plants sont très petits et on a un peu de mal à imaginer le coton qui sera récolté en octobre prochain.
En fin de journée nous arrivons à notre hôtel, dans un village qui est une station de sport d’hiver : Arachova
Nous passerons la nuit à 1000 m d’altitude, et pour la première fois nous entendrons le vent et écouterons la pluie qui tombe sur notre mansarde, ce qui au demeurant est très agréable. Un petit brin de Bretagne en pleine montagne de Thessalie … ! Certains ont même entendu le tonnerre. Pas nous … !

JPEG - 2.8 Mo
JPEG - 2.4 Mo
JPEG - 2.8 Mo

Il nous faut dormir, demain nous allons découvrir un autre site archéologique et non des moindres : Delphes.
suite

Portfolio