ARECMO

Accueil > 90.archives des voyages > Les anecdotes de notre voyage à Istanbul > Quelques péripéties ...

Quelques péripéties ...

mercredi 9 octobre 2013, par Jacqueline Le Broc

Les anecdotes de notre voyage à Istanbul

Dès notre arrivée à Izmir, Yannick a récupéré ,à l’aéroport, sa valise éventrée ; l’effet de surprise passé, il a pris les choses avec bonne humeur et philosophie
et son premier achat a été ...une VALISE !.....pour continuer le voyage.

On a perdu Marcel !

Nous nous dirigeons vers Ste Sophie en ce début d’après-midi chaud et ensoleillé ;
la foule est nombreuse, dense et toujours en mouvement.
Tout à coup, dans notre groupe, un appel angoissé :
"Marcel ! où est Marcel ?, on ne voit plus Marcel, il a disparu..."
Moment d’inquiétude , d’angoisse même, et Okay notre guide, vigilant,
s’inquiète aussi, agite son " fanion" espérant être repéré dans la foule ,
par notre" brebis perdue"
En vain ! de Marcel, point...
Le groupe attend, pendant que quelques personnes partent
à la recherche ( pas évidente du tout ) de notre compagnon.
Au bout d’un moment, retour des éclaireurs avec Marcel,
un peu pâle mais rassuré, ( nous aussi)
Que s’est-il passé ?
Marcel s’est arrêté, un peu éloigné, trop sans doute, pour prendre des photos
et dans le mouvement a continué à marcher mais sans s’en rendre compte,
en suivant un autre groupe.
Lorsqu’il s’aperçoit de son erreur, nous avons tous disparu de sa vue !...
Mais , au fait, on m’a dit qu’il y avait de jolies filles dans l’autre groupe !
Alors Marcel, on s’égare ?....

Dernier jour : Ephèse et là !...
c’est notre doyenne Yvonne qui a fait des siennes
Le dernier soir, après le dîner, quelques personnes du groupe, décident
de faire une courte promenade digestive (le lever étant prévu à 2 H. du matin) le long de la mer.
Il fait nuit noire à 20H. enTurquie ,nous marchons sur la plage et arrivons dans un endroit particulièrement sombre.
Yvonne , au début du groupe, n’a pas vu une zone humide et s’enfonce dans un mélange sable et vase
cette dernière étant particulièrement collante (pire que celle de notre Golfe du Morbihan)
Voulant se dégager, elle aggrave sa situation, et se retouve enlisée jusqu’aux genoux !...
Deux hommes volent à son secours, tirent à droite, tirent à gauche, mais gardent une certaine distance,ne voulant pas être enlisés à leur tour. Aprés plusieurs essais infructueux, le sauvetage échoue,et Yvonne se retrouve complètement étalée dans la vase, Je vous laisse imaginer la situation plutôt cocasse mais nous sommes tous trop inquiets pour rire !
Un 3ème homme conjugue ses efforts aux deux premiers, et... au bout d’un moment, ils finissent par tirer notre victime de sa fâcheuse situation, chaussures, jambes, robe, noires de vase
Alors que nous nous inquiétons de savoir si elle s’était fait mal, la préoccupation de Yvonne est pour sa robe souilllée
Elle se dirige alors vers la mer, et rentre dans l’eau pour nettoyer jambes, robe et chaussures
nous devrons nous y mettre à deux pour réenfiler ses jolies sandalettes !
Nous proposons alors de rentrer à l’hôtel" Ah ,mais il n’en est pas question, ça ne va pas non !"proteste notre victime avec énergie.
Tout à fait rassurés sur son sort, nous continuons notre promenade tous secoués par un fou-rire général !..
Quand nous rentrons à l’hôtel, la robe est sèche.....Yvonne va bien.

Michel, notre responsable, n’a malheureusement pas pu assister au spectacle
car à ce moment, il était dans sa chambre seul, agonisant !( à ses dires !) à cause des suites d’une incompatibilité avec la "clim’"
Pendant ce temps, sa femme Janine, se tenait les côtes de rire en notre joyeuse compagnie
Merci Yvonne, que serait un voyage sans ta bonne humeur !

Jacqueline le Broc